Parce qu'une saga telle que celle là ne meurt jamais ...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Spectacle quotidien de bon matin...[libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mer 12 Déc - 16:55

Une grande solitude habitait Victoria.
Elle marchait seule en dehors de l'école, elle aimait sentir la brise fraiche du matin courir sur son visage dans un silence total.
Total ou presque, car les oiseaux saluaient le levé de soleil de leur chant armonieux.

Victoria s'assie sur une roche encore mouillé de la rosée du matin afin d'admirer le levé de soleil. Le ciel était nacré d'un orange bleuté qui annoncer sous peu un soleil resplendissant dans un ciel sans nuage. Peu à peu le ciel s'éclaircit de plus en plus et l'orange laissa sa place à un rouge écarlate couvrant le ciel.

Victoria fixait ce magnifique spectacle dont elle avait été témoin des dizaines de fois, mais comme à chaque fois elle le savourait comme si c'était le premier.
Elle resta immobile durant l'heure qui suivit, attendant que le soleil soit totalement révélé, puis elle baissa les yeux sur Lunderlara qui était recorvillé sur ses genous. Elle la caressa affectueusement tout en esquissant un faible sourir.

Puis ses yeux parcourèrent l'ensemble de l'environnement s'ouvrant devant elle et son regard fut attiré par une vieille cabane isolé du reste du château.
Se devait être la cabane d'Hagrid.
Victoria réveilla Lunderlara, puis elles marchèrent toutes les deux en direction de cette cabane.

La curiosité est un vilain défault il parait, mais Victoria n'est pas du genre à se laisser prendre aux mots de stupides proverbes.


mmh... Je n'ai vu personne dans cette cabane depuis Hagrid. Quel dommage... les animaux doivent se sentir seul..., chuchota-t-elle.

Marwooou, Lunderlara renifla doucement les odeurs autour de la cabane et semblait enclinte à se rapprocher.

Oui, j'aimerais aussi voir se qui se trouve à l'intérieur mais je doute que nous en ayons la permission. Et puis la journée va bientôt commencer il vaudrait mieux retourner au château.

Victoria fit donc demi-tour pour récupérer ses affaires laissé à l'endroit où elle était assise.

Allez, viens Lunderlara... on doit y aller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Dim 23 Déc - 16:31

Pour Madurei, le lever du soleil est une peinture en devenir, et une mauvaise peinture. Elle n'aimait pas le mélange de ces couleurs opposées, elle avait l'impression qu'elles la narguaient. Le ciel était hautain et fier, un peu comme elle, mais elle était du genre à voir la poutre dans l'oeil de Dieu.
Et les oiseaux qui ouvraient leur gosier pour brailler... Elle n'avait ni l'âme romantique, ni lyrique, il lui semblait entendre des supplications plus triviales, les oiseaux ont faim, s'enquiquinent, et ils le font ressentir en se livrant à un chant aiguë et sans profondeur.

Oula ! Elle s'était levée du mauvais pied ce matin... Elle descendait de Poudlard, et se refermait sa veste tout en marchant à demi-ensommeillée : Siegfried, son corbeau, l'avait tirée de son sommeil pour l'obliger à le suivre... Madurei avait tout juste eu le temps de s'habiller, mais elle n'avait pas enfilé sa robe de sorcière du coup. L'esprit troublé par le manque de sommeil, elle s'était revêtu d'une longue robe de cuir, avec un corset assorti. Elle se retint de bailler : Siegfried ne volait pas mais sautillait devant elle avec l'air d'un pigeon déglingué.


"Tu as intérêt à me montrer quelque chose... quelque chose..."

Un gros soupir mêlé à un baillement sortit finalement de sa bouche.

"Quelque chose qui en vaut la peine... Maudit corbeau..."

murmura-t-elle, les yeux à demi-clos.

Elle en vint à rater un pas et elle s'écrasa contre le sol, dans l'herbe encore humide de la rosée matinale... Siegfried marqua un arrêt et regarda sa maîtresse avec perplexité, le coeur battant...

Il crut qu'elle allait se relever, hurler, se mettre dans une colère noire, digne de la fille susceptible et orgueilleuse qu'elle était...

Mais seul un ronflement se fit entendre...


"Zzzzzzzzz...."

Le corbeau se sentit bête et n'osa plus bouger... Il sentit alors une autre présence, celle de Victoria et de son chat. Il secoua ses ailes en espérant qu'elle viendrait s'occuper de sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Evan Connors
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7 ème année
Gallions:
1520/100000  (1520/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Sam 19 Jan - 4:09

Nuit Blanche pour Evan. Cela faisait une éternité que ce ne lui était arrivé, il avait encore rêvé de son défunt père. Ce n'était pas un cauchemar au sens propre où on l'entend, mais un sentiment de malaise, de dégoût presque, comme s'il lui en voulait d'avoir disparu. La Haine est la soeur de l'Amour, leur frontière est étroite, bordée par de nombreux chemins tortueux, et le jeune homme semblait arpenter celui de la rancoeur.

Le regard tourné vers le plafond, les idées vagues, Evan se décida à prendre l'air... Il sorti de son lit, passa un pantalon et attrapa sa baguette sur sa table de nuit. Il fit un passage par la salle de bain pour s'asperger la figure avec de l'eau et rendre ses idées plus claires.
Il enfila une des ses robes. Sans trop savoir ce qu'il allait faire, il prit ses cours de sortilèges dans lequels il avait pris un peu de retard, et quitta son dortoir. Il n'y avait âme qui vive dans le chateau, et une des horloges indiquait cinq heures trente. C'était d'ailleurs le moment opportun pour une sortie en douce, les professeurs avaient terminé leur ronde depuis un moment, et de plus il ne risquerait pas grand chose s'il se faisait voir, surtout avec des cours sous le bras.

L'air frais du parc était plus qu'agréable après cette courte nuit, et redonnait à Evan un peu d'énergie. La brume ambiante déposait de minuscules gouttelettes sur son visage, et la rosée trempait déjà ses chaussures. Il soupira, les yeux clos, un petit sourire sur les lèvres, appréciant simplement ce petit plaisir d'un matin ordinaire. Sans trop tarder, le jeune homme se dirigea vers un endroit qu'il aimait beaucoup... La fôret interdite.

Connaissez la différence entre le courage et la témérité ? Le courageux est celui qui agit en tout connaissance du danger, il dépasse ses craintes pour affronter son objectif. Le téméraire lui est celui qui ignore même ce danger, il s'en contrefiche car il se sent immortel.
Evan était de ceux là. Le genre à foncer tête baissée lorsqu'il a son objectif en tête. Ce n'était pas un reglèment qui lui dicterait sa conduite. D'ailleurs les lois sont faites pour que l'on puisse les enfreindre... Si personne n'avait jamais bravé d'interdit, l'humanité serait probablement encore à avoir pour seul préoccupation de savoir qui aurait le plus gros morceau de viande pour son repas.

Téméraire sûrement, fou jamais, il resterai simplement à la lisière de la forêt, proche de la vieille bicoque en ruine de l'ancien garde chasse. Il ne manqua pas de jeter un regard méprisant sur la bâtisse abandonnée, la considérant comme une verrue dans son paysage...
Il arriva enfin face à un magnique chêne plusieurs fois centenaire. Il posa sa main sur l'écorce à l'odeur si particulière et s'adossa contre l'arbre, les yeux tournés sur le parc... Il resta là un moment, perdant un peu la notion du temps, s'entrainant à lancer un sortilège imprononcé sur l'arbuste à côté de lui essayant de le faire croitre bien plus rapidement. Sa concentration n'étant pas au maximum le résultat était des plus... Aléatoire.

C'est alors qu'après avoir réussi à faire grandir l'arbuste de près d'un mètre qu'il aperçu deux silhouettes dans le parc... Il n'y avait pas fait attention auparavant, mais ne semblait pas tellement dérangé à l'idée que quelqu'un d'autre vienne ici. D'ailleurs... Les deux silhouettes lui étaient familières, deux filles de Serpentard qu'Evan avait déjà entrevu, sans leur parler. Il regarda attentivement la scène à l'ombre des arbres, curieux d'en apprendre un peu plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mar 22 Jan - 16:51

Marchant tranquillement vers ses affaires, Victoria entendit des croassements agités et ils se distinguaient bien parmis la cacophonie ambiante.
Ni prêtant pas d'importance en premier lieu, elle ramassa son sac en bandoulière et son livre de métamorphose. Puis cela la perturba.


C'est quoi ce bouquant ? ... Mais... l'espace d'un instant, elle reconnue Siegfried.

Oui cela n'en fait aucuns doute, c'est bien lui. Elle doit être encore entrain de lui prodiguer de soins, hm hmm...
Tu ne crois pas Lunderlara ?


La chatte ne trouvait pas cela très normal ces croassements. Elle était aux agets en direction de la provenance du bruit.

Bon ben... Allons voir.

Sur ces mots la chatte partit en petites folées suivit de Victoria plus lente et moins enthousiasmée.
Arrivant sur la scène, Victoria eut un frisson froid lui parcourir le dos et elle accéléra le pas.


*Madurei... Qu'est ce qui se passe ? Qu'est que tu fais allongé comme ça ?*

Le frisson finit de lui parcourir toute la collone vertébral et s'intensifia d'un seul coup lorsqu'elle fut arrivé près de Madurei... Puis elle entendit des ronflements...

Elle... elle dort ?...

Victoria serra les dents et une petite veine apparut sur son front. En voyant la scène Lunderlara s'éloigna à pas feutrés vers une colone du mur, comme pour se cacher derrière.
Victoria tendit la main vers Siegfried pour lui dire de se taire.


Tais-toi Siegfied ! Elle n'est qu'en dormit...
Maintenant regarde attentivement comment il faut faire pour la réveiller la prochaine fois !


Elle saisit son livre a deux mains et frappa la tête de Madurei en disant :

NE ME FICHE PLUS JAMAIS LA TROUILLE COMME CA !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mar 22 Jan - 18:54


Souvent, lorsque l'on fait une chute ou que l'on se cogne fortement contre une porte, on en ressent pas la douleur jusqu'à ce que l'on ne bouge. Et si en plus on vous rajoute un coup par derrière, le douloureux contraste n'en est que plus creusé. Victoria réveilla Madurei avec brio, la brunette infernale vit l'espace d'un instant trente-six chandelles voletaient autour de son esprit embrumé par le sommeil. Mais une fureur noire montait de l'abîme et chassait les nuées avec l'éclat d'une épée prête à tuer.

Elle prit appui sur ses mains et se redressa, poussant une profonde expiration, et deux yeux verts revanchards se posèrent sur Victoria :


"Tu t'inquiète vraiment pour moi ou tu cherches à m'achever ?! "

gronda-t-elle dans un premier temps, se sentant agressée.

Elle pesta encore un peu dans sa barbe végétale : des brindilles d'herbe humides étaient collées sur ses joues. Le réalisant, elle se frotta du revers de la main droite, fâchée de se retrouver à s'essuyer comme une enfant de huit ans qui aurait joué dans la boue. Et ce faisant, elle réalisa qu'elle avait eu beaucoup de chance de se faire réveiller par une amie plutôt que par quelqu'un d'autre, du style Lénah Leighton par exemple. Elle aurait fini pendue à un arbre par les pieds pour écartelée dans une cave de Sang-Purs sordides... Et surtout, le véritable coupable de ce réveil malaisé était ce stupide corbeau.

Elle donna une tape sur l'épaule de Victoria :


" 'Scuse, c'était pas le meilleur endroit pour piquer un somme."

grommela-t-elle, elle était à son maximum en matière d'excuse. Et elle reporta son attention sur Siegfried qui fit semblant de picorer quelque chose sur le sol pour ne pas se sentir concerné:

" Il insistait de bon matin pour m'entraîner quelques parts, c'est la dernière fois que je le suis, il a autant d'intuition qu'un balai sans son manche..."

dit-elle en désignant son oiseau d'un signe du chef. C'était une expression de chez elle pour signifier qu'on avait affaire à une personne aux facultés réduites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Evan Connors
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7 ème année
Gallions:
1520/100000  (1520/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Ven 25 Jan - 8:47

Evan avait finalement détourné les yeux des deux filles, préférant retourner à son petit entraînement aux sortilèges. Il avait été finalement concluant, l'air frais du parc facilitait plus la concentration d'Evan que la chaleur moite de la salle de sortilèges. Le jeune homme fit tourner sa baguette entre ses doigts et s'appretait à lançer un nouveau sort quand un cri retenti... Ce n'était pas Evan mais une voix de femme à ce qu'il semblait... Son côté féminin réclamait-il plus de place ? Non, bien entendu il s'agissait d'une des deux filles présentes dans le parc. Sur le coup de la surprise, la main du jeune sorcier trembla, et un trait venu de sa baguette le blessa légèrement à la jambe. De puissants mages étaient ainsi morts car ils avaient perdu le fil de leur incantation... Comme au Quidditch perdre une des balles des yeux s'avérait souvent très douloureux... Au sens propre comme au figuré, surtout avec un cognard.

Son mollet saignait un peu, mais ce n'était vraiment rien de grave. Il regarda le pan de sa robe troué et murmura un vague :

- "Reparo"

La robe sur mesure du jeune homme paraissait comme neuve, l'inventeur de ce sort avait du mettre un bon nombre de réparateurs en tout genres sans emploi... Il fallait avouer qu'il était drôlement pratique. Mais cet épisode déplaisant l'avait quelque peu irrité... Tout du moins intrigué sur l'identité des criardes...

*Déjà des cris de bon matin... Elles ont du être des mandragores dans une autre vie... Leur hurlement est en tout cas dangereux*

Au final, Evan se decida à quitter sa place près du chêne et de s'approcher des deux perturbatrices. Il prit son temps pour parcourir les quelques metres qui les distançaient, ses yeux vers posés tour à tour sur les deux visages. Elles étaient plutôt jolies, mais chacune à leur façon, dans un style totalement différent. D'ailleurs l'une d'elle semblait avoir passé la nuit dans un des arbres de la forêt interdite à un juger les quelques morceaux d'herbes et de brindilles dans ses cheveux et sur ses joues. Sans rien demander ni même se présenter Evan lui tendit un mouchoir en papier, avec pour seule mimique un sourcil relevé et un petit sourire en coin.
Cette brune... Evan l'avait croisé à plusieurs reprises dans les couloirs, mais surtout il avait entendu son éloge par son amie Lenah Leighton... Enfin plutôt son portait à la sauce vitriol. Elle serait une "sang de bourbe" et détestable avec ça. Malgré l'estime et le respect qu'il portait à sa camarade Lénah, Evan ne jugeait jamais les gens d'après les autres. La pensée commune il n'y avait que ça de pire pour ce serpentard assez peu friand des généralités. Il s'adressa à toutes les deux, le regard un peu vague et en se grattant le menton :

- "Hum c'est vous qui avez crié ? Tout va bien ?"

Il s'adressa à la fille avec un chat à ses côtés. Elle aussi il avait déjà croisé, à la sortie d'un cours d'astronomie particulièrement soporifique. Il s'en souvenait car c'était le seul moment de cette journée où il avait émergé...

- "Je crois que tu es en cinquième année... Non ? Il est mignon ton chat."

Si on pouvait décerner le prix de la plus mauvaise entame de conversation, Evan aurait probablement eu la Palme. Avec les félicitations du Jury. Le jeune homme se baissa un peu avec l'espoir de caresser le félin. Pas coopérante, la bête lui souffla sur la main comme si elle était aromatisée au labrador. Pourtant Evan avait une sainte horreur des chiens, ces animaux puants qui n'ont d'autre but dans la vie que d'obéir à leur maitre. N'attendant pas la réponse à sa question, il se tourna vers la brune, espérant trouver son nom en la regardant dans les yeux...

*Cet air un peu supérieur... Comment Lénah l'avait appellée déjà...Hum... Ah ça me revient !*

- "Madison Vyrden c'est ça ? En 6ème année c'est bien ça... Je crois que tu connais Lénah Leighton une fille de septième année, comme moi. Vous avez passé la soirée de la rentrée ensemble..."

Madison... Ouais c'était un truc comme ça, avec "Mad" dedans mais pas Madonna... Sans vraiment être sûr de lui, Evan avait lancé ce nom là, au pire si elle était vraiment comme le disait Lénah qu'il se trompe ou pas de prénom le résultat serait le même... Cette discution tournerait court rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Sam 26 Jan - 3:39

Ah Madurei... Toujours fidèle à elle même.
Victoria se sentit rassurée lorsqu'elle vit Madurei en bonne santé et alors qu'elle lui passait un savon elle esquisa un rapide sourir de soulagement.
Le petit geste d'amitié de Madurei fit chaud au coeur de Victoria, elle savait bien que les excuses n'était pas la tasse de thé de Madurei.
Mais son histoire l'intriguait, qu'est ce que Siegfried pouvait bien vouloir montrer à Madurei ?

Victoria se baissa pour dire à sa chatte de revenir alors que Madurei continuait de parler.


Viens Lunderlara... C'est fini, je suis plus faché.

Lunderlara s'approcha en sautillant pour s'arréter net en regardant au-dessus de Victoria.
Elle regarda derrière elle et vit un 7ème année, Evan Connor, un individu plutôt solitair et poursuiveur dans l'équipe de Quiddich, avec toute la notoriété qui va avec. Il était assez dédaigneux et parfois même irrespectueux avec des membres d'une autre maison et il faut dire que Victoria n'apprécit pas tellement d'être tiré de sa lecture par une dispute. Elle avait donc eu un accrochage verbal avec lui, mais de l'eau avait coulé sous le pont, de toutes les façons Victoria avait d'autres affaires à s'occuper que de réveiller une vieille querelle.

Apparament Evan ne connaissait pas le nom de Victoria.


*Pas étonnant qu'il ne connaisse pas mon nom, mais je me demande même s'il se rappelle de moi...?*

Lunderlara elle l'avait bien reconnue et elle était plus rancunière que sa maitresse. Elle l'acceuilla comme il se doit, les poils hésissés, les dents sortis et un vif mouvement de patte. Elle s'assaya lorsqu'il s'éloigna et l'observa u moment avant de reprendre sa toilette.

Mais le moment que Victoria préféra, c'est bien l'erreur faite sur le non de Madurei Wrytten.


*Pas mal... remarque, Madison Vyrden... c'est pas loin...ha ha ! hi hi ! ho ho! ça suffit Madurei à déjà un souffre doulheur. Faudrait pas que ça me retombe dessus.*


Victoria attendit passiament la réponse de Madurei puisque de toute façon Evan était dos à Victoria et qu'elle préfère qu'on lui passe pas devant comme une sculture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Sam 26 Jan - 23:36



Madurei avait vu Evan Connors les approcher avec un certain déplaisir : il était un ami de Lenah Leighton, et Sang-Pur de surcroît. Madurei ne ne le connaissait que de réputation. S'il avait l'esprit ouvert que cette dernière, la discussion risquait vite de se transformer en un concours de remarques cinglantes. Mais il sembla assez rapidement à Madurei que ce jeune homme ne devait pas encore avoir posé de jugements sur elle, mais malheureusement, il souffrait d'une malformation de la mémoire. Il avait... écorché... avec brio... son nom.
Madison... MADISON ???!!!! Cela ressemblait au nom débile d'un roman encore plus débile !

Mais auparavant, il avait eu la délicatesse de lui tendre un mouchoir, mouchoir qu'elle avait pris d'une main flegmatique, mais en silence, ce fut un geste tout à fait machinal. Elle ne l'avait pas utilisé, le gardant à la main comme si elle attendait un apport supplémentaire d'information pour prendre une décision quant à son devenir.

Et l'erreur sur son nom décida de la marche à suivre.


"Siegfried... Thoir leat sin agus déan do dhìcheall ! "

dit-elle d'une voix un peu caverneuse, rejetant le mouchoir derrière elle pour que son corbeau s'en saisisse. En gros elle lui laissait l'insigne honneur d'en profiter. L'oiseau l'attrapa donc au vol dans son bec noir et se posa sur l'épaule de sa maîtresse. Elle n'était plus en colère après lui désormais et il n'avait plus rien à craindre. Tout en mâchonnant le mouchoir pour essayer de l'engloutir peu à peu, il garda son regard d'ébène fixé sur Evan, l'air intéressé comme s'il avait vu un morceau de fromage.

Victoria ne disait rien mais la situation devait l'amuser. Madurei reprit la parole d'une toute autre voix : elle avait un accent beaucoup plus froid et dur lorsqu'elle s'exprimait en gaelique, elle parut ainsi moins hostile même si on devinait son agacement :


"C'est bien la sixième année mais le nom laisse à désirer : Appelle-moi donc Madurei Wrytten, Mr Evan Connors. Et pour ce qui est de Lenah Leighton, je n'ai pas passé la soirée avec elle, nous nous sommes juste retrouvés fatalement dans la même maison et dans l'obligation, donc, de partager la même table tous les jours."

Madurei retenait bien les noms de ses confrères d'ordinaire, tout comme elle mémorisait tout ce qu'elle pouvait sur le monde de la magie : les noms de Sorcier pour elle sonnait comme des incantations mystérieuses Elle ne pouvait pas nier qu'elle aimait chez les Sangs-Purs leur ancienneté, comme on apprécie l'autorité d'un vieux et magnifique poème. Mais elle ne leur reconnaissait pas d'autres supériorités que cette esthétique vieillotte.
Elle avait bien failli transformer son nom comme il l'avait fait avec le sien, elle aurait pu lâcher quelque chose du genre d'Ethan Bonnor, ou un Herman Phrodor -Jeu de mot stupide en prime avec celui-là - mais répliquer ainsi était d'une grande puérilité, il n'avait pas fait exprès. Aussi s'était-elle contentée de dire son nom, pour lui montrer qu'elle au moins savait désigner clairement ses interlocuteurs. Le monsieur le précédant avait été prononcé sans ironie ni malice, ce n'était qu'une mise en relief.


" Tout va bien sinon, nous nous échauffions la voix de bon matin. Nous étions bien à cent lieux de douter que nous dérangerions quelqu'un... "

dit-elle évasivement, pour éviter d'évoquer l'épisode dodo dans le gazon frais. Siegfried continuait à mastiquer le mouchoir de son bec, mais il avait vraiment du mal à le manger, mais il ne devait pas décevoir sa maîtresse, il continua avec un archanement placide. Il ne comprenait pas qu'il était en train de se punir lui-même du réveil catastrophique de Madurei : quelques maux de ventre terribles feront office de légitime vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Lun 28 Jan - 13:40

Clyde s'était levé de bon matin, à la fraîche, encore un héritage paternel. S'il n'était pas deux fois moins large et nettement moins grand que son géniteur, on aurait presque pu croire qu'il était un doppelgänger, du moins c'est ce que disait sa mère. L'aube était idéale pour de petites balades dans la nature, c'était un des moments où l'on avait le plus de chances d'apercevoir quelques animaux qui sortaient tranquillement de la forêt, certains de ne pas être dérangés. Il s'était habillé, avait nettoyé et refait son lit au carré, puis était sorti, alors que l'essentiel des élèves dormait encore, dans leurs draps mal repassés et sous leurs couettes chiffonnées. Impensable. Ils devaient certainement collectionner les cauchemars.

Il avait arpenté le parc à grands pas, toujours très raide. Pas grand chose à se mettre sous la dent ce matin, si ce n'est un joli ciel coloré et quelques silhouettes entraperçues à travers l'orée des bois. Clyde rêvait d'obtenir l'autorisation d'y aller, mais malheureusement, c'était pour le moment hors de question. Alors il patientait, une fois sa septième année en poche, il aurait enfin la permission tant attendue. Et les sentiers forestiers n'auraient rapidement plus aucun secret pour lui, que ce soient ceux-ci ou ceux de Sherwood ou de Brocéliande.

Sa mère lui avait raconté quelques histoires terrifiantes du temps où elle était à Poudlard, à Serdaigle plus précisément, dans l'espoir de le terrifier suffisamment pour lui faire sortir de la tête ses velléités d'exploration. Au contraire, cela avait aiguisé sa curiosité. Du bête bois rempli de lapins, de blaireaux et de chevreuils, la forêt cachait des centaures, des araignées, et même des géants ? Nettement plus excitant, mais d'autant plus interdit.

Ses pensées matinales furent finalement interrompues par quelques bruits de voix. Deux filles et un garçon. Clyde avait une bonne audition. Il distingua les trois silhouettes non loin d'un arbre, mais ne les reconnut pas, parce qu'on était matin et que ses yeux étaient encore loin de leur acuité maximale.

Il s'approcha, ayant cru reconnaître une fille de sa maison, mais se stoppa à une dizaine de mètres d'eux. Perdu. Trois Serpentard. Les deux filles, il les avait déjà aperçues en cours communs. Quant au garçon, c'était un des joueurs de Quidditch de l'école, donc impossible que son visage ne lui dise rien.

Clyde n'avait pas particulièrement envie de leur parler, mais son chemin formait une boucle qui passait justement par ici pour rentrer. Et il n'avait aucune, mais alors strictement pas la moindre envie de faire un détour. Encore moins envie que de dire bonjour. Il choisit donc la voie de la politesse et s'approcha du petit groupe, assez pour être bien visible, mais pas non plus trop.


Mesdemoiselles, monsieur. Bonjour. Ciamar a tha sibh ?


Il avait garder l'habitude de demander aux gens comment ils allaient en gaélique. Pendant dix ans, on lui avait posé la question tous les matins, et il avait pris ce réflexe. Donc tous ceux qu'il croisait le matin pouvaient entendre ces quelques mots prononcés avec son débit lent, ce qui ne l'empêchait pas d'arborer fièrement l'accent de sa région natale.
Il remarqua que seule la fille avec son chat était plus petite que lui. C'était une habitude. La nature ne l'avait pas fait plus grand, et il avait désormais abandonné l'idée d'une poussée de croissance miraculeuse. Ce n'était pas le mieux pour se faire respecter, certes, mais il y'a des chose qu'on ne choisit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Evan Connors
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7 ème année
Gallions:
1520/100000  (1520/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Lun 28 Jan - 21:54

Cherchant un issue, le regard non loin de ses pieds, Evan espérait trouver un moyen de se sortir de cette situation embarrassante. Ce fut une boule de poil au nom étrange qui vola à son secours.

- "Lunderlara ? C'est sympa comme nom..."

Evan avait trouvé ce moyen là pour détourner la conversation... Il n'avait aucune mémoire des noms, par contre il était phisionomiste, un visage croisé restait en sa mémoire. Surtout s'il s'agissait d'une jolie fille cela va de soi... Toujours est il qu'il avait le sentiment d'avoir fait une bourde, à en juger le regard dédaigneux que lui lança Madurei... D'habitude c'était lui qui le lançait aux personnes qu'il jugeait indigne de son interêt, autrement dit beaucoup de monde. Il se retint de rire en se mordant la joue...

*Evan, ou l'art de se planter en beauté... Faudrait que je la ferme un plus souvent, mon espérance de vie n'en deviendrait que plus longue*

Il fixait l'oiseau de Madurei qui lui avait prit le mouchoir des mains, l'air un peu méfiant. Visiblement il obéissait au doigt et à l'oeil à sa maitresse, et en parlant d'yeux, Evan tenait aux siens, surtout après avoir écorché le nom de sa maitresse. Siegfried... En tant qu'élève modèle en runes, il n'ignorait pas la légende du héros nordique du même nom... Il se mefia d'autant plus du corbeau aux yeux perçants, et porta sa main sur le bois de sa baguette. Au bout de quelques secondes se sentant ridicule, il posa son regard sur Victoria, la regarda de haut en bas, et alla chercher son nom au fond à droite de sa mémoire... Enfin il le retrouva, comme quoi avec un peu d'effort... C'était un de ses camarades serpentard qui lui en avait parlé parce qu'elle l'avait ignoré...

- Victoria, Victoria Cauldwell, je crois pas me tromper cette fois ci. Si c'est le cas, avec Madurei et toi n'aurez qu'a donner mes restes aux sombrals de la fôret interdite.

Avec un peu d'efforts on arrive à tout... Même à regarder Madurei Wrytten droit dans les yeux après l'avoir presque insultée. Enfin, Evan n'était tout de même pas des plus à l'aise... Il se gratta l'arrière du crâne, l'air un peu détaché pour masquer sa honte. Il resta quelques secondes sans un mot avant de répondre par un vague :

- "Désolé... Pour le nom et pour Lenah. Elle a un caractère proche de Voldemort lorsque le sang n'est pas impeccable... D'ailleurs..."

Il s'approcha de Madurei pour qu'elle seule puisse entendre :

- "Ne lui répète pas... Mais je ne suis pas totalement un sang pur. Ma famille jusqu'a ma mère est ce qu'on peut appeler une dynastie de sorciers depuis d'innombrables générations. Mon père, lui n'était qu'a moitié sorcier..."

Sa voix se serra comme si ces derniers mots avaient été durs à dire. C'était la première fois qu'il révélait cela à une élève, bien qu'il n'aurait pas menti à ce sujet... Il ne s'étalait pas dessus, préférant laisser croire qu'il était réellement un sang pur. Il recula, pour de nouveau faire face aux deux élèves. C'est alors qu'il aperçu une silhouette s'approchant au loin. Il répondit à Madurei :

- "Non, ça ne m'a pas dérangé, un peu intrigué c'est tout... Par contre je ne sais pas pour lui là bas."

Il fit un signe de tête en direction du nouvel arrivé. Evan l'avait reconnu, des cheveux chatains un peu en bataille, des yeux gris bleus... Ce visage lui était familier, il s'agissait de Clyde Murray, Evan avait retenu son nom car il l'avait déjà vu voler... Et le poufsouffle avait un certain talent... D'ailleurs son seul défaut en vol était probablement la couleur de sa robe... Le jeune homme lui accorda à peine un regard, pensant qu'il allait passer son chemin... Mais visiblement Clyde avait l'air de vouloir s'intégrer au groupe des serpentard. Lorsqu'il entendit le son de sa voix Evan grimaça et dit avec une pointe d'humour plus pour lui même que pour le jeune poufsouffle :

- "Hum...Quel accent... Ecossais sans le moindre doute..."

Le regard dédaigneux d'Evan s'intensifia... Un blaireau parmi les serpents, Clyde n'avait pas sa place selon lui...

*Pourquoi on partage la même langue que ces porteurs de kilt ? Ils la massacrent avec leur prononciation*

Un sourcil haussé, Evan n'avait même pas répondu à la question du jeune homme, il avait trouvé encore plus formel que lui... Son "monsieur" à son égard avait fini de dresser le portrait de Clyde... Eux deux, amis ? Dans une autre vie... Peut être.

[HJ : Pas trop inspiré ==' désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wollack Bromfeet
Poudlard
Poudlard
avatar

Nombre de messages : 17
Age : 32
Date d'inscription : 17/12/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 75 ans
Année d'étude ou Emploi: Garde Chasse
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Lun 28 Jan - 23:10

Wollack passait devant une scène tipic d'adolescents. 2 filles, 2 garçons... l'un des deux jeunes hommes était trop timide ou est-ce les jeunes filles. De toute façon, amener une connaissance pour éviter qu'une personne tienne la chandelle était une technique de lâche vieille comme le monde.

BaaaaaH, de toute façon il avait à faire et ces histoire de môme ne le regardait pas.
Wollack s'échappa avant que l'un des 4 tourtereaux ne puisse le voir et ainsi venir s'émerveiller devant lui et lui poser pleins de questions idiotes sur les centaures, une des choses qui l'énerve le plus.


[HRP: désolé pour l'intrusion, je me suis complètement trompé de rubrique. ] Very Happy


Dernière édition par le Lun 28 Jan - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Lun 28 Jan - 23:12

Victoria fit un petit signe de la tête avec une légère grimace destiné à montrer son faux étonnement lorsque Evan lui dit son nom.. L'étonnante mémoire d'Evan impressionna (ironiquement parlant) Victoria car elle le croyait réellement incapable de se souvenir d'elle. Evan sita Voldemort, un nom qui fesait encore des frissons de vengeance à Victoria, mais elle avait appris à se contrôler. Elle pourrait être capable dire qu'elle hait Harry Potter car elle estimait être la seule à devoir le tuer, même si elle savait très bien que cela était impossible.
Le moment de petites cachoteries avec Madurei éveilla sa curiosité ... Et puis c'est pas son problème, s'il ne veux pas que Victoria écoute, c'est pas cela qui la gènera.
Elle profita de leurs messes basses pour se baissa et appeller de nouveau Lunderlara, qui ne se fit pas prier une troisième fois et elle finit bien installé autours du coup de Victoria roronnant comme une moto moldus.

Le petit discours terminé Evan signala l'approche d'une 4ème personne, un Poufsoufle apparement.
Mais quelque chose de plus intéressant se passa, Evan commença son rentre dedans comme à l'accoutumé avec les personne des autres maisons, mais serait-ce la présene de filles qui le rend si peu convaiquant. Victoria l'avait entendut lancer des pics plus sanglantes que celle là.


Mais La scène se déroulant sous les yeux de Victoria l'amusait au plus au point. Poudlard était un lieu de choc ethnique, entre sorcier et moldus mais aussi entre cultures...

*Hmm hmm ! Amusant tout cela. trois serpents, un blaireau. Deux femelles, 1 mâle protégeant son territoire et un casseur de coup... Oui c'est mieux de cette manière, hi hi !*

Victoria avait l'habitude de tourner en métaphore grotesque les situations de sa vie dans sa tête, elle peux en rire aux éclats. Mais le moment n'était pas venue.

*Maintenant une pointe de solitude...*

Victoria se tourna vers le nouvel arrivant, hélas elle ne se souvenait pas de son nom... tanpis !
Elle s'exprima dans un gealique fort bien parlé.


tá mé ceart go leoir.

Elle s'arreta un moment.

Dis dont l'écharpe ! Tu pourrais baisser le volume je m'entend plus parler.
Lunderlara dût comprendre le message et passa en mode souflements...

Ah... mieux. Mais dite moi qu'est que vous faite tous debout ici ? Enfin, moi je suis venus ici pour admirer le levé de soleil, Madurei par son corbeau. Et vous ? demanda Victoria en se rapprochant de Madurei pour lui enlever le reste de gazon dans ses cheuveux et sur son visage.


Dernière édition par le Mar 29 Jan - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mar 29 Jan - 1:11

[J'adore le passage éclair du Centaure XD]


Madurei considéra longuement Evan, ses yeux le disséquant comme un scalpel. Il était bien penaud pour le Serpentard bouffi d'orgueil qu'il semblait être. Mais cela commença à le rendre sympathique, il était fort amusant de constater cet écart entre le plumage et le ramage. Le jeune homme donnait l'impression de vouloir se rattraper, comme ses paroles le montrèrent. Il prononça le nom de Victoria avec justesse, et ajouta une petite touche d'humour. Et Madurei saisit immédiatement la perche qu'il lui tendait, certainement sans le savoir :

"Oooh, mais tu les verras, les Sombrals ! Tu oses montrer que tu te souviens de son nom, et pas du mien ?!"

brama-t-elle d'une voix terriblement orgueilleuse, et en repliant le bras vers elle, la main ouverte, prête à lui administrer une calotte des plus magistrales ! Mais son geste s'arrêta net, un sourire amusé naquit sur ses lèvres : elle plaisantait, faisant sa propre caricature.

"L'incident est clos... Après tout, tu aurais pu m'appeler Madonna. Mais je ne sais pas si je t'aurais tué ou si je me serais pendue par dépit... Peut-être les deux."

dit-elle d'une voix froide, mais douce, signe qu'elle était à présent... de bonne humeur. Si seulement elle avait su qu'il y avait songé à ce sacré nom de Madonna...
Et puis ce fut la divine surprise ! Evan lui fit une confidence des plus enthousiasmantes. Ho, ho, ho ! (Joyeux noël...) Mais s'adressait-il à la bonne personne ? Ne risquait-il pas de voir cette information remonter aux oreilles de Lenah la championne des Sangs-Purs ?
Non. Ce n'était pas le genre de Madurei. Il avait bien glissé ce détail de sa vie dans l'oreille d'une tombe. Mais elle fut cependant ravie d'apprendre ceci, c'était assez ironique pour Lenah, et Madurei préférait vraiment qu'elle n'en sache rien. Il était jouissif de voir quelqu'un d'aussi raciste ami avec une personne qu'elle aurait dû mépriser, ne serait-ce qu'un peu.
Elle avait acquiescé sobrement devant Evan, et c'est à ce moment-là que leur trio devint un quatuor.



Madurei croisa les bras d'un air légèrement las : mais pourquoi tout ce peuple de bon matin ? Fichtre ! Les jeunes de nos jours ne savent plus dormir... Dormir ! Dire qu'elle serait encore dans son lit sans cet imbécile de corbeau. Siegfried, comme s'il avait deviné qu'elle pensait à lui, croassa pour approuver les rêveries de sa maîtresse, ce qui lui fit lâcher le mouchoir qui tomba par terre. Il descendit alors de son perchoir pour se mettre à picorer le bout de tissu déjà bien meurtri par son bec.

"Chan eil dona, Tapadh leat..."

répondit-elle à Clyde. Elle le reconnut, ils étaient dans la même année, mais elle ne lui avait jamais vraiment parlé : elle parvenait toujours à vexer ces pauvres Poufssoufles. En plus de la loyauté, ils étaient certainement d'une nature frêle pour se fâcher comme des véracrasses pour un rien.

"Mais ne prends pas un ton aussi solennel, j'ai l'impression de me retrouver avec 30 ans de plus, même si tu m'as appelée mademoiselle..."

ajouta-t-elle à son encontre. Et puis elle se tourna brusquement vers Evan, une lueur plutôt sardonique dans les yeux :

"Deuxième incident diplomatique, tu as quelque chose contre les Ecossais ? Au cas où tu ne t'en souviendrais pas, tu fais tes études présentement dans une école écossaise. Si quelqu'un doit raser les murs à cause de son accent, c'est bien toi. "

rétorqua-t-elle, avec un brin de sarcasme.

"Ceci dit..."

fit-elle, posant un doigt sur sa lèvre inférieure, prenant un air aussi songeur que calculateur. Siegfried cessa de picorer son mouchoir, comme électrisé par l'ambiance et d'un coup d'ailes majestueux -enfin, aussi majestueux qu'il pouvait le faire, tout est relatif...- il se replaça sur l'épaule gauche de Madurei pour fixer Evan. On eut dit qu'il souriait avec les plis que prenait son duvet aux alentours de son bec.

"...sans offense."

finit-elle dans un souffle empreint de fermeté, recroisant les bras dans un geste un tantinet orgueilleux. C'est alors que Victoria se mit à lui nettoyer le visage et la chevelure des restes de brindilles qu'elle avait récoltées en s'écrasant. Sa figure se figea, un de ses sourcils se releva, et elle marmonna :

"Pourquoi est-ce que j'ai l'impression que ma chute est tombée à l'eau... Qu'importe..."

soupira-t-elle.


* Le ridicule ne tue pas, et ce qui ne tue pas nous rend plus fort... ou handicapé... Tssss ! *

Plutôt que de s'énerver, elle attendit patiemment que ses deux confrères Poudlariens explique la raison de leur présence en ces doux lieux, de si bonne heure, s'il le souhaitait.

[Victoria, tu n'as pas mis ta métaphore des femelles et des mâles entre de petites étoiles, mais aux vues de la couleur, et aussi du contexte, j'ai supposé que tu le pensais, et que tu ne le disais pas. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mar 29 Jan - 3:01

Le type à l'air supérieur fut immédiatement classé dans la catégorie des "pas fréquentables - tendance à éviter", avec sa manière de dire "Ecossais" comme il aurait dit "Cracmol", ou "Scroutt à pétard". Clyde lui jeta un regard noir.

Sans aucun doute. Un sens aigu de l'observation que voilà.


Il se désintéressa du prétentieux, d'autant plus que les deux filles avaient eu l'amabilité de lui répondre en gaélique. Son léger sourire devint franc. Il appréciait de retrouver les sonorités de sa région, même s'il s'y trouvait. Mais ici, cet atroce accent anglais avait une malheureuse tendance à être omniprésent. Chacune lui signifia que tout n'allait pas si mal, et l'une des deux, celle qui avait un corbeau sur l'épaule, se moqua même - gentiment - de sa pompeuse présentation.


Je préfère être solennel, il paraît que certains joueurs de Quidditch ont un orgueil très développé, et comme je ne veux énerver personne...


Cela dit sans jeter le moindre regard à l'intéressé. Il réfléchit ensuite à la question de l'autre fille, comment s'appelait-elle déjà...Venexiana ? Valentina ? Il ne s'en rappelait plus. Miss Cauldwell, mais s'il voulait rattraper sa solennité, il valait mieux qu'il évite d'appeler les deux filles par leur nom de famille, d'autant plus qu'il avait une chance sur deux de les écorcher - et donc de vexer l(es)'intéressée(s).

Alors donc, pourquoi il se levait avant tout le monde pour marcher sans but et faire toujours le même tour autour du château, une fois dans un sens et une fois dans l'autre ?


J'aime bien essayer de voir des animaux, et c'est à l'aube que c'est le mieux. Personne ne les dérange.


Le vrai mieux, ce serait de passer cette satanée barrière végétale. Un jour pas fichu comme un autre, il le ferait, c'était sûr et certain, il le regretterait amèrement quand viendraient les sanctions, mais...
Non. Il ne devait pas y penser comme ça. Attendre, être patient.


Enfin ce matin, y'en avait aucun. Cha áiméar !


Il haussa les épaules dans un geste d'impuissance. Les deux seules bêtes qu'il avait croisées étaient le chat et le corbeau ici présents. Pas de quoi fouetter le truc qui s'appelait Lund quelque chose, il n'avait pas entendu parfaitement beau-gosse le prononcer.
Et en parlant du chat...non, du loup, il se rappela que la vedette parlait de lui avant qu'il ne prenne vraiment part à la conversation. Il prit un malin plaisir à encore plus forcer son accent, jusqu'à le rendre difficilement compréhensible. Après tout, comme Madurei venait de le souligner, il était chez lui ici, et il avait parfaitement le droit de "salir" sa belle langue s'il le désirait.


Au fait...que te demandais-tu sur moi ? J'ai fait quelque chose ?


Autant Clyde était courtois avec les jeunes filles, autant il était presque hargneux avec le troisième larron - le centaure-éclair mis à part. Et ce n'était pas seulement parce qu'il avait le choix entre deux charmantes demoiselles et un type bouffi de suffisance. Enfin si. C'était parce qu'il était bouffi de suffisance à se demander comment il pouvait tenir en équilibre sur un balai.
Non. Même si lui avait été une Vélane, et elles deux trolls, il aurait préféré mille fois la tentative ratée de finir sa phrase de manière impressionnante plutôt que la tentative ratée d'être sarcastique. Dans un cas c'était charmant, dans l'autre c'était...c'était quoi...Clyde cherchait un adjectif autre que "nul", mais ne trouvait pas. Bah. Ca conviendrait. Il regarda fixement - en levant les yeux, oui, et alors ? - son agresseur. Hein ? C'était bien lui l'agresseur ! Il avait deux témoins, en plus, sauf si la solidarité à l'intérieur des maisons se mettait à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Evan Connors
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7 ème année
Gallions:
1520/100000  (1520/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Jeu 31 Jan - 0:54

Dévoré par un sombral... Ca doit piquer un peu quand même... Evan se dépécha d'ouvrir son tiroir à excuses, il n'aimait pas se mettre à dos ses camarades serpentard, se faire des ennemis n'est jamais bon. Le plus souvent il se contentait de ne pas leur parler, mais il demeurait ouvert à toute conversation... Du moment que le serpent argenté figurait sur la robe du sorcier.

*Elle doit avoir du sang de dragon... C'est ce que j'appelle du caractère... J'aime assez.*

Il lui sourit, puis se mit même à rire lorsqu'elle évoqua sa possible pendaison par dépît :

- "Hun hun... Je n'en vaux pas la peine, et puis je crois que si un jour tu es à ce point dépitée, je demanderai à Lénah Leighton de faire quelque chose pour toi. Ce sera probablement le seul service qu'elle te rendra... Avec un certain plaisir en plus."

Si on ouvrait un dictionnaire on trouverait à la page P, la définition du Poufsouffle qui commencerait par : "Loyal et Honnete", jusque là rien de bien novateur, mais si ce même dictionnaire était écrit par Evan Connors, les choses seraient différentes, mais aussi bien plus interressantes : "être de chair incapable d'agir par lui même, doit toujours suivre une règle la plupart du temps dictée par une tierce personne". Synonyme : "Toutou". C'était plus ou moins ainsi qu'Evan reclassait le monde à sa façon, une case pour chacun et chacun à sa case.

D'ailleurs, le peuple des Highlands avait aussi sa classification... Rien contre le peuple en lui même, plus contre leur affreux accent pour l'oreille d'un Irlandais. Ce gaélique semblait si vulgarisé, qu'Evan trouvait celà presque insultant... Lui ne le parlait jamais au quotidien, il réservait cette langue si chère à son coeur pour de rares moments de recueillement. Ou encore pour une autre de ses passions : L'étude des Runes.

Sa réflexion semblait avoir fait réagir Madurei, visiblement elle était écossaise aussi... Pourtant Evan n'avait pas tellement noté son accent. Il haussa un sourcil, l'écoutant lui parler de la localisation de l'école, ce qui malheureusement pour elle avait autant d'importance que la culture de la betterave en Grande Bretagne. Mais il écouta poliment, ne montrant pas son désintérêt pour ses paroles...

- "Franchement, que l'on soit en Mongolie, ou au fin fond de l'Ecosse, je m'en contrefiche... Je ne me sens pas bien ici à Poudlard, et il ne me tarde qu'une chose, avoir mes aspics et quitter ce chateau miteux. Je raserais les murs s'ils étaient moins humides... Heureusement des gens interressants sont là aussi, ça adoucit un peu la chose... Sans vouloir te vexer je me fiche encore plus de tes origines et de ton passé. Ce qui m'interresse c'est ce que tu es maintenant."


La franchise d'Evan était souvent à double tranchant. Jugée trop directe et blessante pour beaucoup de monde, mais aussi une marque que le Serpentard n'était pas totalement malhonête. Un résidu d'humanité en quelque sorte. C'était probablement pour cela qu'il préférait l'art du mensonge... C'est tellement plus facile.

Le jeune sorcier avait clairement perçu le ton ironique de Clyde, ce qui fit naitre un petit sourire satisfait sur son visage. Les serpentards n'étaient pas les seuls à user de petits stratagèmes pour ne pas dire la vérité aux autres... La suggestion est l'arme absolue, sauf si bien sûr vous parlez à un troll ou un Poufsouffle totalement stupide. Lorsque Clyde ajouta l'allusion à son égard, ce sourire s'élargit...

*Aucune classe... Tu auras mieux fait de me donner une claque, cela aurait eu un meilleur effet. Et puis mieux vaut avoir un peu d'orgueil que de penser que le ridicule ne tue pas... Quoi qu'a ce niveau avec la maison qui t'a été attribuée, on peut difficilement faire plus pathétique.*


- "Keuf... Tu me parles d'orgueil alors que tu respires la suffisance ? Oui, c'est exact si c'est un pêché, je suis coupable, mais je ne crois pas être le seul. Et évite de me définir par un simple "joueur de Quidditch"... C'est trop réducteur."

Sans aucun doute Evan avait raison... Ce n'était pas un vantard, mais quelqu'un de fier. C'est Victoria qui attira à nouveau l'attention du jeune homme en posant une question. N'ayant pas grand chose à cacher, il prit sa baguette dans sa main, la leva vers le ciel et dit :

- "J'ai à peine fermé l'oeil de la nuit... Finalement j'ai décidé de... Accio Livre de sortilèges !"

Le livre oublié par Evan à la lisière de la forêt Interdite s'envola vers le groupe et fut arrêté en plein vol par le jeune homme :

- "...M'avancer un peu en sortilèges... Et puis j'aime bien prendre l'air."


Clyde lui reposa une question, mais il ne se retourna même pas le regard posé tour à tout sur Victoria et Madurei. L'écossais essayait à tout prix de provoquer Evan... Lui se considérait trop intelligent pour y répondre. Il grinça des dents en écoutant la mélodieuse hécatombe de Gaélique... Il l'ignora quelques secondes, avant de daigner tourner la tête vers lui pour lui dire :

- "Tu te trouves à ce point interressant Poufsouffle ? Si j'ai une question à te poser je le ferai par hibou...

Ne pas l'appeller par son prénom était probablement la pire insulte qu'Evan lui ai faite... C'était le ramener à une simple place, et ne pas le reconnaitre en tant qu'égal... Comme un vulgaire pion faisant partie d'un immense jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Jeu 31 Jan - 14:37

Plus le temps passait, plus l'atmosphère était pesante. Les pics fusaient de partout mais les destinataires n'étaient que Evan et Clyde. Quelle courtoisie de laisser les filles en dehors de cela même si elles prennent un malin plaisir à remettre des couches sur les victimes.

Victoria finit d'enlever les brins d'herbes sur Madurei tandis que les garçons continuaient sans relache de se mettre chacun leur tour plus bas que terre...
Au début, cela amusait Victoria mais bien vite lorsque Evan commença à devenir irrespectueux comme à son habitude et Clyde aggressif dans son regard, Victoria ne trouvait plus cela drôle. Comment cela se finirait-il ?
Le temps s'éclaircit alors que la dispute continuait et Victoria leva les yeux aux ciel et profita un moment de la chaleur dégagée par les rayons de soleil qui avaient percés à travers les nuages. Comme ci elle reprenait des forces. Pendant un cour nstant elle n'entendit plus les mots désagréables que fusaient.
Revenant à elle, elle se pencha discrètement vers Madurei pendant que les garçons se regardaient fixement.


Je commence à me lasser de ces deux là. On pourrais aller chercher ceque Siegfried voulait te montrer, à moin que ton piaf n'est eut envie que de te faire un mauvais coup...

Ce dégagement d'énergie négative de bon matin était parfait pour ruiner cette belle journée pour Victoria, et puis ses livres l'attendaient et elle avait une sorte de fièvre de la connaissance, surtout pour les livres traitant de créatures magiques. Plus la conversation devenait sanglante plus les doigts de Victoria lui démengeaient, son visage présenta un petit signe d'énervement qui fit réagir tout de suite Lunderlara. Elle qui était enroulée au tour de son coup était la mieux placé pour voir son état présent, ce fut donc la première à ce mettre à l'abris avant que la tempête commence.
Les disputes gratuites ne sont pas de bonnes augures, elles ne sont faite que pour creuser un trou déjà existant entre les gens qui se disent différents.

Lorsqu'Evan devînt insultant, Victoria eut une montée d'adrénaline... Elle se saisit de sa baguette et la fit tournée entre ces doigts au dessus de sa tête alors que son bras formait un angle droit parfait au niveau de son coude.


Ce n'est pas que votre compagnie m'est désagréable, cher Evan, cher Clyde. Mais votre venue et vos propos balançaient ainsi me gache la beauté de la journée. , son visage était devenue plus sombre qu'il ne l'avait été ce matin, elle s'était ressourçait pour ne pas être de mauvaise humeur aujourd'hui, mais c'était raté. Elle s'adressa à Evan,

Toi ! C'est pourtant pas la première fois que tu me bousilles une journée. Je pensais avoir été clair la dernière fois, plus de démonstration de ta bétise devant moi, ça me tape sur les nerfs et je ne serais me retenir., se tournant ensuite vers Clyde,
Quand à toi, je ne serais te reprocher ton comportement, mais nom d'un églantier romanus effeuillé tu ne pourrais pas faire preuve de plus de savoir vivre que cette caricature de serpent ?

La bouche de Victoria crachait le feu qu'elle contenait depuis des jours. Elle est comme ça, elle se retient de dire des choses durants des jours, mais quand sa explose, on s'en rend bien compte.

Bien ! Maintenant que tout est dit que diriez vous de faire quelque chose de plus constructif que de ce taper sur les doigts mutuellement...?

Le piaillement des oiseaux commençaient à vraiment lui tapait sur le système... Elle fit quelques tours de plus avec sa baguette puis fit un bref mouvement de gauche à droite avec son bras. La baguette était parfaitement aligner avec le bras en direction d'arbres où semblait s'être rassemblé une colonnie d'oiseaux. Sans même regarder vers les arbres, Victoria dit d'une voix forte et grave, contrairement à d'habitude où elle adopte une voix calme et harmonieuse lorsqu'elle use de la magie.

Silencio Baicle Croinnte

Une lueur blanche s'échappa de la baguette de Victoria et se dirigea à une vitesse peu commune vers les arbres et explosa en arrivant au contact, de multiples petites paillettes blanches et brillantes se formèrent après l'explosion voletant doucement et tous les piaillements s'arrètêrent.

Victoria leva ensuite la tête vers les deux garçons,
Si l'un de vous à encore l'intention d'être désagréable, je vous assure qu'il ne prononcera plus un mots avant une voir deux semaines, compris ?

La plaisanterie avait assez durée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Jeu 31 Jan - 23:14


"On ne peut pas définir quelqu'un en se contentant de l'instant présent, c'est comme s'appuyer contre un arbre sans regarder ses racines, en un mot c'est casse-gueule. "


dit-elle, haussant les épaules. Elle fut déçue par le manque d'intérêt qu'il manifestait pour les lieux où il se trouvait, est-ce que cela signifiait qu'au fond c'était l'égocentrisme qui l'emportait chez lui ? Ce serait fort triste, un esprit en autarcie finirait vite par disparaître sous une couche de préjugés, de bêtises et -le pire !- de clichés. Mais Evan aurait certainnement des occasions de montrer ce qu'il valait : d'un autre côté son désintérêt pour les origines était une marque d'ouverture d'esprit. Seulement un autre problème survenait : il semblait juger la nature des autres par la couleur de... leur maison. Signe de fermeture. Pendant un instant, elle le visualisa telle une porte claquante, et qui ne savait pas si elle devait s'entrebaîller ou se refermer avec un lourd fracas.

* Surtout que le présent...*

se disait son esprit vagabonda au même moment.

*.... est une notion précaire, un instantané entre passé et futur dont il est difficile d'éprouver la valeur, puisqu'il est sans cesse en mouvement, son manque de stabilité ne permet pas une cohésion assez forte pour... Bon, tu ne dis pas, tu t'endors rien que de le penser, alors si tu commence à l'exposer en public, bonsoir... *

En parlant d'esprit en autarcie, il était peut-être temps qu'elle reprenne la parole. Elle avait beau pensé très vite, cela restait un moment de solitude stérile. Elle se rapprocha d'Evan par deux pas légers, trompeurs, et levant la main dans un geste empli de flegme, elle lui donna une pichenette sur le bout du nez :

"Outre cela, qu'est-ce que tu viens, grandiloquent dadais, évoquer mes origines ou mon passé justement pour les repousser ? Je n'ai pas manifesté moi-même l'envie d'en discuter, et voilà un détail de ce que je suis présentement : j'ai horreur qu'on me batte avec un bâton que je n'ai pas tendu, c'est un manque de courtoisie."

* Et comme je suis une revancharde à la foi mauvaise, me battre avec un bâton tendu devient un manque d'imagination... On ne se refait pas. *

Elle n'avait pas dit cela d'un ton mauvais, mais seulement avec une légère bouderie. Elle recula à nouveau et gratta Siegfried entre les deux yeux, l'oiseau devenait remuant.

Et la discussion se poursuivait, une tension montait, palpable dans l'air. Madurei aurait bien expliqué à Clyde que sa politesse pompeuse, même si elle avait le, hum, noble désir de ne pas froisser le serpentard le faisait passer pour un pigeon. Mais d'une, elle n'avait pas à dire cela à quelqu'un qu'elle connaissait à peine -C'est plus amusant d'ennuyer ses amis lorsqu'il s'agit de corriger les défauts des gens-, et de deux vu les "piques" que se lançaient les deux jeunes hommes, elle n'avait pas besoin de s'y mettre. Elle n'aimait pas ce genre de situation, cela lui rappelait trop certaines soirées acides dans le château -ou vieille ruine- paternel(les)...


Elle les regardait sans les voir, l'air grave, quand la voix de Victoria la tira de sa contemplation, Madurei lui répondit avec la même discretion :

"Il est impossible que cet emplumé me fasse la moindre blague ou quoi que ce soit qui serait un signe de rebellion, déjà il lui faudrait un minimum d'intellig... AOUCH !"

Siegfried venait de lui donner un coup de bec sur le crâne, elle lui jeta un regard assassin, un instant même sa main manifesta l'envie de lui tordre le coup mais... pas en public. Patience !

"Tu as raison, il faudra jeter un coup d'oeil..."

Mais Victoria céda à la tentation avant qu'elles ne puissent prendre congé, et Madurei l'observa faire sa démonstration de force. Elle n'avait rien à y ajouter, elle répugnait à se montrer moralisante, surtout qu'elle n'en avait pas froncièrement les qualités. Et elle se prit à rêver des réactions des deux damoiseaux. Evan, égal à lui-même, ne devrait guère être affecté de ces paroles, peut-être aurait-il même l'envie d'en rire ? Clyde... serait bien du genre à se justifier, à foncer tête baissée pour légitimer sa réaction. Ou alors le contraire absolu : prise de congé et silence radio.
Mmmh... De toute façon, sa curiosité serait satisfaite dans quelques instants. Elle croisa les bras en attendant, ses yeux verts arpentant la voûte du ciel qui se gorgeait de chaudes lumières. L'aube n'était plus qu'un souvenir, le jour avait reprit entièrement ses droits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Ven 1 Fév - 1:25

Si la même entrevue avait lieu au milieu d'un couloir, ou non loin du cachot qui sert de salle des potions, il y'avait une énorme probabilité pour que Clyde aie joué la politique du "rentre-dedans", quels que soient les adversaires, et même si ceux-ci le menaçaient de le forcer à la fermer pendant une semaine. De un, il n'avait pas tant que ça besoin de parler, de deux, l'exiguïté avait de très néfastes conséquences sur son humeur, au point que ses parents s'étaient longtemps demandé s'il n'était pas claustrophobe. Mais non, il appréciait simplement les larges espaces de verdure, l'odeur de la Nature au matin, et n'avait pas franchement envie de chambouler tout ça. Il recula d'un pas suite à la remarque de Victoria.

Pardon.


Il préféra ne pas regarder le pompeux pour éviter qu'un coup d'oeil assassin vienne ternir ses pacifiques résolutions. D'autant plus qu'elle avait insinué que "s'il faisait preuve d'humanité, et de civisme, il serait immédiatement placé en position de force par rapport au goujat". Il serra donc imperceptiblement le poing, qui s'était déjà contracté lorsqu'il avait été nommé "Poufsouffle" avec autant d'amabilité qu'un gobelin devant rendre des comptes à quelqu'un. Il inspira fort, très fort, et sourit même un peu.


Tu as raison, ce n'est ni l'heure, ni le lieu pour s'insulter.


A supposer qu'il y'aie, justement, un lieu et une heure pour ça. Ils en causeraient peut-être en privé, entre hommes, avec grand-bellâtre. Pendant ce temps, la dame-oiselle jouait avec son ami qui semblait s'amuser à lui picorer le crâne. Le sourire de Clyde s'agrandit, l'animal était encore un peu sauvage, il n'avait pas tout perdu de sa nature initiale de...corbeau, oui, bah on peut pas toujours être gâté. Il ne supportait pas les chats en mode pouf qui passent leur journée sur une chaise près du feu, à attendre qu'on les nourrisse, il avait à chaque occurence d'une de ces bestioles une irrépressible envie de l'attraper et de le balancer par la fenêtre histoire qu'il teste au moins ses capacités de survie en revenant à son nid douillet. Mais problème : la maîtresse (ou le maître, pas de sexisme) traînait inévitablement autour du semblant d'animal, et l'empêchait de mener ses projets à bien.

Clyde s'étira - on était encore tôt - et se posa une question fondamentale : est-ce que je dois faire le premier pas pour m'excuser ? D'un côté, c'est 100% contre les principes inculqués (à savoir, ne pas se mentir à soi-même, être franc, etc...), de l'autre, il pouvait regagner - un peu - l'estime des deux charmantes sorcières. Et ça, ça pesait dans la balance, foi de Murray.

Il hésita. Parce qu'il crevait d'envie d'accompagner son geste d'un sarcasme, en même temps, le type était du genre à ne pas comprendre tellement il se croit supérieur. Et puis non. Tes résolutions, Murray, ton savoir-vivre, pour qu'on ne croie pas que tous les Ecossais passent l'essentiel de leur temps à mépriser ceux qui n'ont pas la chance d'appartenir à leur peuple.

Finalement, il opta pour un mélange de dérision et de sérieux, genre "classe", enfin selon ses critères. Il tendit la main à l'avachi qui tentait de leur faire croire qu'il révisait ses sortilèges - famille mauvaise foi, voici le fils prodigue - en lui disant d'une voix qu'il réussit à ne pas faire doucereuse - de toute façon, avec son accent, il fallait chuchoter pour espérer prendre un ton mielleux.


La prochaine fois, je dirai juste "Bonjour", ça évitera des problèmes.

Puis il hésita. Après tout, le type à terre était un Serpentard, assez représentatif de la Serpentaridité moyenne, et serrer la main d'un quasi Sang-de-Bourbe comme lui pouvait lui causer, peut-être, des démangeaisons, des nausées, un peu comme si George Weasley avait glissé quelques unes de ses trouvailles dans son bol du matin. Mais bon. Il avait suffisamment pris sur lui pour ne pas envenimer la situation, pas la peine non plus d'en faire des tonnes, en lui présentant le gant, du genre "tenez, Monseigneur, afin que votre délicat derme ne s'abime pas au contact de ma peau de rustre". Ce serait ironique, ironie = conflit = au moins il dirait ce qu'il pense = oui mais sortilège en vue = filles fâchées presque à juste titre = nature perturbée.
L'un dans l'autre, il fut satisfait de ne rien ajouter, restant le bras tendu en attendant qu'à son tour, la star fasse de même.

Mais si, par le plus grand, le plus immense des hasards, une réflexion fusait, Clyde se jura que la seconde qui suivrait, ses mains seraient serrées autour de son cou. Ou de sa baguette.

Tout de même...il se rammollissait un peu, ces derniers temps. Un peu de temps avec son père lui ferait le plus grand bien.
Revenir en haut Aller en bas
Evan Connors
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 188
Date d'inscription : 02/09/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7 ème année
Gallions:
1520/100000  (1520/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Dim 3 Fév - 4:56

Evan écoutait Madurei lui répondre, sur un certain ton de reproche... Si ce n'est un ton certain. Elle n'était pas d'accord avec lui et sa façon de voir et de juger les gens... On ne peut pas juger un livre à sa couverture ? Vous n'avez sans doute jamais lu du Lockart pour dire ça. Il soupira, puis lui répondit d'un ton un peu désolé...

- "Malheureusement dans le monde ou nous vivons c'est la première impression qui compte... L'apparence vaut plus que les épreuves ou les croyances. Tu n'iras jamais parler à quelqu'un qui te semble austère... Même si c'est un puits de science. Je ne partage pas cette vision, c'est bien trop rétrograde, mais elle est réaliste. Alors pour m'intégrer je m'adapte. Et puis s'interresser à la vie des autres... C'est de la curiosité, pure et simple."

C'est alors qu'elle avança vers lui lentement... Evan confiant ne fit aucun geste, il se contenta de fixer Madurei dans les yeux comme pour deviner sa réaction. Elle approcha sa main du visage du jeune homme et lui envoya un pichenette. Légèrement surprit, il grimça, ayant la facheuse impression qu'elle voulait le ridiculiser. Néanmoins le fait que la jeune serpentard lui ai touché le nez d'un air taquin le fit sourire... Elle semblait tellement sûre d'elle, comme si le monde était entre ses mains...

*Désolé Madurei, mais il est pour moi...*

Evan, ambicieux ? Peut être, mais l'ambition n'est pas mauvaise lorsqu'elle conduit à exceller. Il avait trouvé en Madurei quelqu'un qui lui ressemblait un peu. Tous deux avaient cette même détermination dans le regard, visiblement elle n'était pas non plus du genre à se laisser faire. Cette fois c'est certain il n'oublirait pas son nom.

Visiblement Evan venait de faire une autre erreur... Il avait mal jugé Victoria. Elle qui semblait taciturne, calme et réservée... N'avait pas une once de patience, et les nerfs à vif. Le serpentard la regarda faire une hécatombe, privant les oiseaux de leur chant, avec un regard des plus surpris. La bouche à moitié ouverte, comme si quelqu'un avait appuyé sur "pause". Il reprit ses esprits en détachant son regard de la fôret pour le reporter sur Victoria toujours armée de sa baguette. Si Evan avait appris une chose c'était qu'une femme en colère est probablement la plus dangereuse des créatures sur cette planète.

Ce n'était pas ce qui allait arrêter Evan le moins du monde, depuis quand quelqu'un lui donne des ordres qu'il respecte ? Elle osait en plus les menacer lui et Clyde... Oui, lui et Clyde, un poufsouffle passait après sa modeste personne bien évidemment. Il hésita un instant, peut être par instinct de survie puis se décida à lui répondre. Alors qu'il ouvrait la bouche Clyde le prit de vitesse.

*Peuh... Trouillard*

Une conclusion attive ? Evan mit environ 2 secondes pour la faire, dans ces cas là on peut clairement répondre par "Oui". D'ailleurs Clyde lui démontra le contraire, car il perçut un soupçon de sarcasme dans ses paroles, ce qui fit légèrement rire le serpentard :

- "Hun hun... Faudrait que tu instaures ça, Victoria... Par contre je n'ai pas le souvenir d'avoir gâché une de tes journées autre que celle ci... Faut dire que je fais ça tellement souvent..."

Evan le téméraire devenait peu à peu Evan le suicidaire, et malgré les apparences et la sonorité celà ne finit pas pareil. A nouveau Clyde le surprit... Ayant prit quelques secondes de réflexion, il était vrai que le poufsouffle ne manquait pas d'air... Ni même de courage. Certains dise qu'il faut beaucoup de force pour mettre à terre son ennemi, mais encore plus pour lui pardonner. Clyde lui tendait sa main. Evan le regarda, Clyde n'avait pas l'air tout à fait sûr de ce qu'il faisait mais il n'était pas le seul...

- Je ne m'excuse jamais... Je trouve que celà ne sert à rien, juste des paroles en l'air qui ne résolvent rien. Ce qui est fait est fait.

Il avait dit ceci à ses trois camarades sorciers, tous trois concernés, puis il revint sur Clyde et lui fit un léger sourire. Le premier.

- Ceci dit... Tu ne te laisses pas faire et tu as du cran...


Evan interrompit sa phrase, comme s'il hésitait... Puis il serra finalement la main tendue. Il était arrogant, imbu de lui même, sarcastique et bourrés de défauts... Mais pas stupide. Quand quelqu'un l'impressionnait il était le premier à le penser, mais très rarement à le dire. Il poursuivit sa phrase.

- ...Clyde.

Ooh ! Le grand méchant loup appelle un Poufsouffle par son prénom, et le considère presque comme son égal.

*Oui presque, faut pas pousser non plus... C'est pas Dieu*

Cela aurait été magnifique des violons à ce moment là, avec des applaudissements, des larmes à l'oeil et un lâché de colombes, si seulement elles n'avaient pas été réduits au silence par Victoria. Evan ne l'avait pas du tout oublié par ailleurs, et il lui dit d'un ton de défi :

- "Ne te méprends pas, je fais pas ça parce que tu joues les dures. Tu veux vraiment que je te respecte parce que tu as fait taire quelques oiseaux ? Tes méthodes sont encore plus affreuses que les miennes... A présent si tu veux toujours me faire taire je t'en prie, cela fera plaisir à Madurei en plus. Je ne riposterai pas, j'ai encore assez d'estime de moi pour ne pas m'attaquer aux femmes, même les persécuteurs d'oiseaux dans ton genre."

L'histoire ne nous dira jamais si Evan avait connu beaucoup de tueurs d'oiseaux, mais il n'aimait pas beaucoup la violence. Il y avait des moyens plus subtils pour arriver à ses fins... Mais il n'était pas non plus contre un petit sort sur un élève de Poudlard, ça remet chacun à sa place. La question était de savoir si elle se dégonflerait ou non... Evan frissonna légèment. L'amateur de sentations fortes dégustait chaque moment, non sans une certaine apréhension...

[HRP : Désolé pour le retard et si c'est pas génial je rentre juste d'une soirée ^^'...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria Cauldwell
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 100
Age : 30
Date d'inscription : 28/08/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans
Année d'étude ou Emploi: 5 ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Mar 4 Mar - 22:19

Victoria était satisfaite de la scène. Plier Evan à sa volonté était une forme d'exploit, mais elle ne ressentait rien de plus qu'un léger plaisir et de pouvoir sous la forme d'une petite montée d'adrénaline qui lui parcourut la colonne vertébrale.

Evan se retourna vers Victoria et gronda croyant intimider une fille plus jeune que lui.
Elle pencha la tête du côté gauche et se gratta la tête avec le crochet de sa baguette le visage caché par ses longs cheveux blancs.
Ma journée gachée... Me l'avoir gaché... pour la ... première fois...,[i] Ses paroles s'accordait avec les mouvements de la baguettesur son crâne.

Peut-être devrais-je résonner comme toi, et me dire que malheureusement ces ton existence qui me gâche les journées les unes après les autres. Mais manifestement je ne suis pas comme toi, et ma journée n'ai pas finie... hi hi hi !
Elle envoya ses cheveux en arrière et dévoila un sourire déstabilisant du premier coup d'œil ...

Te faire taire ?... Hmm... Non je préfère laisser se plaisir à Madurei.

Puis se retournant pour ne plus voir Evan, elle s'adressant à Madurei:

Qu'est que tu en dis ? Je te la laisse ?

HRP : je mexcuse du retard mais j'ai du être absente quelques temps... désolé... Laughing


Dernière édition par Victoria Cauldwell le Ven 7 Mar - 9:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madurei Wrytten
Serpentard
Serpentard
avatar

Nombre de messages : 587
Age : 32
Date d'inscription : 21/11/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 17 ans
Année d'étude ou Emploi: 7ième année. Nièce de Roy Kinnàn
Gallions:
525/100000  (525/100000)
MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   Ven 7 Mar - 1:29

[Plus c'est long, plus c'est bon... Pardon XD ]

Siegfried commençait à s'agiter, pour changer, et comme son coup de bec n'avait pas eu l'effet escompté, il tenta d'envoyer bien d'autres signaux à Madurei qui ne s'occupait guère de lui pour l'instant, occupée qu'elle était à converser avec ses trois camarades.

"La superficialité, un voyage exhaltant au coeur du monde réel."

Murmura-t-elle furtivement aux paroles du serpentard, l'ironie était douce, mais ses yeux étaient plissés, traversés d'un voile noir, ce qui signifiait que ce qu'elle avait entendu avait sur sa pensée l'effet d'une mauvaise odeur sur de délicates narines.

"Je préfère ne pas m'adapter si c'est pour baigner seulement en surface des choses avec la bêtise ambiante..."

dit-elle, retrouvant une mine paisible : elle n'attendait pas de réponse à cela, car elle comptait seulement clore ce sujet sans tergiverser davantage, ils avaient deux visions différentes et sans doute incompatibles en ce qui concernait la valeur d'une personne.

"Tu n'iras jamais parler à quelqu'un qui te semble austère... " avait-il dit, était-il bourré d'autres principes aussi peu ouverts ? Elle parlerait à quiconque pourvu qu'il ait des oreilles pour entendre, et s'il avait même un cerveau pour penser, elle continuerait la conversation. Dans le cas contraire, elle feindrait une surdité aussi fulgurante que totale et disparaîtrait.

Et finallement, les deux jeunes hommes ne sétaient pas crêpés les poils. (Masculin hypothétique de chignon dans l'expression, on fait ce qu'on peut !) La réaction de Clyde était particulièrement appréciable, il s'était bien rattrapé et s'était drapé d'une dignité qui n'avait plus l'aspect pompeux qu'il avait montrait tantôt.

Et tandis que cette bouleversante poignée de main avait lieu, Siegfried s'était brutalement envolé, lassé que ses gestes n'aient rien provoqué chez sa maîtresse. Madurei ne fit rien pour le rappeler, et ne vit même pas qu'il partait en direction de la cabane d'Hagrid. A deux reprises, on avait évoqué le plaisir qu'elle éprouverait à faire montre de violence pour réduire quelqu'un au silence : d'abord Evan l'avait dit, puis Victoria. Elle croisa les bras, légèrement indignée d'une telle réputation :


"Pourquoi est-ce que cela me ferait plaisir ? Ma parole, mais vous me prenez tous pour une furie ? Loin de moi l'audace de dire que par moment il ne m'arrive pas de me montrer un tantinet colérique, mais mise à part ce caractère lunatique...."

Elle avait tellement modulé sa phrase qu'il n'était pas facile de lui trouver une fin qui resterait dans le bon ton.

"... je suis d'une douceur qui serait considérée sans égale en temps de guerre."

Elle décroisa les bras en poussant un soupir dégoûté :

"En temps de paix, il est vrai que je souffre mal la comparaison avec certaines mères Thérésa..."

Et elle eut un coup d'oeil vers Victoria, le coup d'oeil de la copine qui attend que vous lui affirmiez l'inverse de ce qu'elle vient de dire, histoire de la flatter. Et comme Madurei regardait Victoria, Siegfried était de retour, il se reposa sur l'épaule de la brunette, tenant dans son bec non pas un fromage mais un objet que les rayons du soleil faisaient luire. Madurei réagit promptement en saisissant le dit objet pour le regarder, devinant que son corbeau était allé chercher ce pourquoi il l'avait guidée jusqu'ici :


"Thoir dhomh sin ! .... Allons bon, c'est pour une stupide... broche qu'il m'a réveillée de si bonne heure ! Gòrach o fitheach !"


Heureusement qu'elle venait d'expliquer qu'elle n'était pas trop colérique... Mais soudain, elle reconnut cette broche et ses yeux perdirent leur lueur vengeresse pour prendre celle de la curiosité : Hé bien, ça alors, elle était donc venue dans les parages ?

"Tapadh leat, Siegfried. Tha sin math, tha thu deagh fitheach..."

murmura-t-elle en rangeant le bijou dans sa poche. Elle le rendrait à sa propriétaire à la première occasion. Elle avait finallement remercié sa bestiole à plumes, et le corbeau sembla l'avoir senti, vu la façon dont il remua les ailes briévement.

Mais le jour de plus en plus en alerte rappela à Madurei qu'il était peut-être temps de prendre congé :


"L'heure tourne, mon estomac crie famine, les cours sont imminents. Aussi, je vous laisse."

annonça Madurei avant de pivoter sur ses talons pour prendre la direction du château.


"A plus tard..."


lança-t-elle en s'en allant. Elle aurait encore une chance d'attraper un muffing dans la grande salle avant de commencer sa laborieuse journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cyde5.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spectacle quotidien de bon matin...[libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spectacle quotidien de bon matin...[libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» Ce matin, un lapin ... [libre]
» Un matin pluvieux... rime avec ennuyeux...[Libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LeviCorpus l'aprés épilogue :: Administration :: V1 :: Rp-
Sauter vers: