Parce qu'une saga telle que celle là ne meurt jamais ...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Valogne Lovegood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Valogne Lovegood   Ven 16 Nov - 20:22

Carte d'Identité

Nom : Lovegood
Prénom(s) : Valogne, Euphrosine, Enyo
Âge : 21 ans
Jour et mois de naissance : Premier jour du Printemps
Etat civil : Divorcée
Adresse : Une bicoque voisine du Grand Cylindre de son Oncle, à Loutry Ste Chaspoule - Devon - Angleterre (chez ses grands parents maternels) et l'appartement miteux au dessus de sa Galerie, à Pré-Au-Lard.
Profession : Elle tient une Galerie d'Art Moldu à Pré-Au-Lard et donne des cours de dessin académiques aux enfants Moldus le mercredi et le samedi. Elle est également en train d'écrire un livre sur la signification des tableaux Moldus.

Famille

Famille :La famille Lovegood est connue principalement pour être un peu illuminée. Cependant la branche de Valogne est moins reconnue comme loufoque, bien qu'ils soient tout de même légèrement fadas. On peut cependant dire que les Lovegood du côté de Xenophilius sont largement plus bizarres. Les Lovegood sont de Sang Pur, bien qu'on puisse comprendre qu'ils ne sont considérés que comme des débiles. La famille Lawdan est un petit nom anglais très rural et tout ce qu'il y a de plus Moldu.

Père : Télamon Lovegood aurait aujourd'hui environ 50 ans, il ignorait lui même l'exacte date de sa naissance. Ou plutôt, il prétendait ne plus s'en souvenir. C'est le frère de Xenophilius, bien qu'ils soient séparés par de nombreuses années, Télamon a toujours été le tout petit dernier de la famille (un "accident"). Il exerçait la profession de taxidermiste et est décédé des suites de l' attaque d'un hypogriffe sensé être mort, dans son atelier. C'était un homme un peu simplet mais tout à fait charmant. Il collectionnait les montres moldues.
Mère : Thalie Lovegood, née Lawdan était une Moldue de la campagne anglaise, dans le Devon. Sa famille vivait depuis des siècles dans une toute petite maison rurale, et est encore actuellement ancrée dans une petite vie paysanne et paisible. Elle aurait 55 ans si elle n'était décédée lors de son troisième accouchement.
Frères et sœurs :Eaque Lovegood, le petit frère de Valogne, est un Cracmol et a souhaité ne pas entendre parler des Sorciers ni du monde magique. Il a 18 ans et est donc majeur chez les Moldus, il a quitté l'Angleterre pour s'installer en Ecosse, où il suit des études pour devenir Médecin. C'est de loin le plus intelligent de la famille, voire de tous les Lovegood... Il les trouve repoussants, ridicules et débiles. Il ne veut plus jamais entendre parler de sa soeur ou de quiconque possède des pouvoirs magiques.
Autres membres de la famille :La cousine de Valogne n'est autre que Luna Lovegood, et son mari, Neville Londubat qu'elle trouve très sympathique, séduisant et très intelligent. Elle les a eu comme Professeurs à Poudlard.

Ethnologie

Description physique :Petite, Valogne est une jeune femme qui a cependant toujours fait plus vieille que son âge réel. Lorsqu'elle entra à Poudlard, on se demanda si elle n'était pas déjà en quatrième année, tant son visage semble avoir, dès l'adolescence, pris sa forme adulte définitive. C'est donc une jeune femme d'une taille très réduite, pas plus d'un mètre cinquante cinq, avec une carrure plutôt chétive, disons très fine, qui contracte avec son visage : celui-ci fait adulte, alors que son corps est resté dans la période pré-pubère... Ses yeux bleu, assez pâles voire grisés, sont extrêmement expressifs, et ses cheveux noirs contrastent avec une peau légère trop pâle (elle ne sort pas beaucoup au soleil). Elle bénéficie d'une silhouette largement moins trapue que celle qu'avait sa mère, petite et large. Ce corps moins horrible qu'il aurait pu être la laisse indifférente, trouvant plutôt que sa tête et sa silhouette ne forment pas une harmonie élégante, ce qui est la vérité : elle fait un peu bancale ou difforme. Pour couronner le tout, elle porte sur son visage des lèvres assez charnues, accentuant encore ce déséquilibre certain.
Il n'est pas rare de la voir sourire, car c'est elle est très souvent d'une humeur joviale, mais son allure générale laisse une impression un peu étrange, comme si on doutait de sa lucidité et on a du mal à lui faire confiance. Son style vestimentaire est typiquement moldu, et elle affirmait se "déguiser" lorsqu'elle portait l'uniforme de Poudlard. Elle voue un culte sans nom aux tenues du début du XXème siècle Moldu, trouvant qu'il s'agissait là de vêtements au summum de la mode. Autant dire qu'elle fait, actuellement, très démodée et ingarde.

Description morale et caractère :Si l'on devait définir rapidement Valogne, il faudrait surtout admettre qu'elle parait extrêmement simplette. Non par manque d'intelligence ou de logique, bien qu'elle avoue elle même ne pas aimer trop réfléchir, soulignant beaucoup de ses paroles par de grands sourires plutôt idiots. Cependant, lorsqu'un sujet lui plaît, la jeune femme sait faire preuve d'une grande lucidité, et surtout, de beaucoup d'imagination. N'ayant pas toujours les pieds sur terre, et devant le choc d'être orpheline et rejetée par son jeune frère, elle a développé un certain sens de l'humour, qui tranche souvent avec son air niais ou naïf. Elle se montre d'une franchise déconcertante, trait de famille des Lovegood et est extrêmement superstitieuse.
N'étant pas aussi loufoque que sa cousine Luna à son âge, elle ne semble pas capable de jugement méchant et fait preuve d'une grande générosité. Cependant, lorsqu'elle n'apprécie pas quelqu'un ou quelque chose, cela se sait : elle n'a pas un mauvais fond, au contraire, et malgré tout, a le chic pour trouver une qualité chez les personnes les moins recommandables.
Elle aime beaucoup les Moldus, que dis-je, elle les trouve passionnant. Cette grande passion la pousse souvent à faire des choses idiotes (épouser un Moldu, pour voir ce que cela fait...) mais en règle générale, elle se contente de chercher la signification de tel ou tel objet, ou mieux encore, elle cherche à expliquer les tableaux de Maîtres Moldus (vous vous rendez compte qu'ils ne bougent pas ?!) avec les moyens du bord. Elle adore passer du temps avec ses grands parents maternels (bien qu'ils la regardent avec des yeux effarés) et qu'elle leur raconte un peu de trop de choses au sujet du monde magique. Car il faut bien avouer que Valogne est bavarde et qu'elle aime raconter les détails les plus insignifiants des évènements. Fervente lectrice du Chicaneur, elle voue à sa cousine, mais plus encore à son époux, une grande admiration. Depuis qu'elle est toute jeune, dès le remariage de Luna, Valogne trouve Neville charmant et drôle, raffiné et courageux.
Bien que ce soit une admiration de jeune adulte, elle ne ferait jamais d'avance à son cousin par alliance, mais elle garde pour lui un regard toujours plein d'une niaiserie passionnée.

Particularité : Mis à part le fait qu'on la dise "débile", elle a un grand talent artistique : elle dessine à merveille et est passionnée d'Art Moldu.

Scolarité & Informations Pratiques

Ecole : Poudlard de 11 à 17 ans.
Baguette : Bois de Saule - 22,4 cm - Crin de Licorne
Animal de compagnie : Un petit Hibou déplumé nommé Zephir, offert par Luna pour ses 11 ans.
Relations particulières : Luna et Neville Londubat, ses cousins (elle a un faible pour Neville mais ne tenterait rien), Daneel Mac Douglas, ancienne connaissance à Poudlard.

Hors Jeu

Vous, derrière votre PC :
Pseudo ou prénom :Prisma What a Face
Âge réel : 23 (mais bientôt 24 ! Vous me souhaiterez mon anniversaire hein ?!)
Temps consacré sur le net par jour :Ben par jour disons une heure mini mais j'ai parfois des "urgences" ^.^
Comment avez-vous connu LeviCorpus ? Paske je l'ai fait avec Mina Very Happy
Ce qui vous a poussé à vous inscrire : Un flingue sur la tempe ?
Autre chose à rajouter ? Pouet Pouet !


Dernière édition par le Lun 26 Nov - 1:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valogne Lovegood   Dim 25 Nov - 21:22

Passé

Votre histoire :Il était une fois...
Non, à vrai dire, s'il existait un conte de fée racontant les aventures de la famille Lovegood, ce ne serait ni féérique ni grandiose. Certes, l'autre branche de la famille, celle de Xenophilius, est auréolée d'une petite gloire non négligeable, apportée par leur participations actives à la lutte contre Lord Voldemort... Pendant que, de son côté, Télamon Lovegood cherchait à se faire tout petit. C'était un homme gentil certes, mais un grand trouillard, espérant qu'on l'oubli, lui et sa fiancée. Il attendit de nombreuses années avant de se décider à l'épouser, timide et pas assez courageux sans doute...

Mais lorsque Voldemort semblait être à l'apogée de sa puissance, quelques mois avant sa chute, ayant peur de ne plus jamais avoir de bons moments à vivre, Télamon demanda en mariage la petite jeune fille dont il était amoureux, une Moldue de la campagne, voisine de son frère, et terriblement jolie. Les yeux de l'amour avait rendu ses prunelles scintillantes et son sourire attendrissant, alors que les parents de la jeune fille ne désespéraient de trouver un bon parti pour leur rejetonne, bien trop large pour plaire aux hommes...

La venue de ce jeune homme, certes élégant mais, comment dire... finalement plutôt idiot et parlant de choses très étrange (magie, moldus et tout le tralala) ravit les époux Lawdan qui laissèrent volontiers leur fille à Télamon. Le mariage fut des plus loufoques, entre les manières rurales et lourdes des Lawdan et les accents bizarres des Lovegood, la cérémonie fut longtemps synonyme de belles rigolades pour les invités "normaux".
Cependant, il fut rapide, car la crainte d'avoir à s'enfuir devant les Mangemorts était grande. Ce fut donc un tout petit mariage bizarre, qui unit les époux Lovegood.

Ils partirent en lune de miel loin de la Bataille de Poudlard, et on soupçonne que Télamon fut ravi que cela se passe durant son absence, lui évitant d'avoir à exercer un quelconque geste héroïque.
Le voyage de noce eut pour destination la France, le nord ... la Manche pour être exacte, dans une petite ville nommée Valognes. Ce qui était idyllique pour les deux 'jeunes' mariés (âgés cependant de presque 30 ans) était en réalité une région pluvieuse, grise et froide. Mais ils passèrent d'excellents moments, notamment dans la petite chambre d'hôtes qu'ils louaient, puisqu'on peut comprendre que << la fougue était avec eux>>.

C'est donc neuf mois plus tard que le fruit de leur amour naquit, de retour en Angleterre, dans le Devon. Lord Voldemort n'était plus qu'un mauvais souvenir, l'euphorie était revenue après quelques mois de deuil. Et comme la petite avait été conçue à Valognes, on lui donna ce nom-là, ridicule pour tous, sauf pour les Lovegood. On lui enleva tout de même ce "s" parce que, disait son père << Ben elle est toute seule, hein, pas au pluriel !>> Ce qui faisait beaucoup rire Thalie.

L'enfance de Valogne fut également à celle d'une petite fille de Sorciers, malgré l'appartenance Moldue de sa mère, qui acceptait parfaitement ce mode de vie (qui facilitait beaucoup de chose, comme le ménage, le repassage, puisque cela était si facile pour Télamon de le faire, elle même n'avait pas besoin de s'en soucier). Elle restait à la maison toute la journée, aidant ses parents aux champs puisqu'ils vivaient chez eux, lorsqu'elle ne s'occupait pas de sa petite Valogne. La petite fille eut une éducation entre traditionne rurale et loufoqueries magiques, notamment lors des nombreuses visites de Luna, sa cousine, adulte elle, et bientôt mariée. Valogne n'avait que deux ans lors de ses noces avec le fils d'un célèbre naturaliste, qui malheureusement ne fit pas long feu...

Lorsqu'elle avait deux ans également, Thalie accoucha d'un second enfant. Assez âgée cependant bien qu'encore pleine de santé, elle eut beaucoup de difficulté mais le petit garçon à naître fut parfaitement sain. Eaque eut alors à s'intégrer à une famille assez étrange, tant par les côtés pitoresques et paysans des Lawdan que par les bizarreries et les niaiseries des Lovegood.

Quant à Valogne, elle ne grandit pas vite, mais son visage prit rapidement la forme qu'il aurait une fois adolescente, et elle fit rapidement plus vieille que son âge malgré sa taille réduite. Ses pouvoirs magiques se révélèrent dès ses trois ans, puisqu'elle s'amusait déjà à changer de couleur les animaux de la basse cour des Lawdan, sans vraiment le faire exprès, mais riant à n'en plus finir. Les voisins étant aussi loufoques que la petite ne trouvèrent pas cela étrange, et en furent même très fiers.

Aucun fait notable n'est à souligner durant les premières années de Valogne, quelques petites bêtises, même si en règle générale, édifier des plans pour les cachoteries ou des pièges espiègles n'étaient pas du tout sa tasse de thé, facilitant ainsi sa sagesse devant ses grands parents maternels. Non qu'elle ne montre aucun signe d'intelligence, mais il fallait bien admettre qu'elle ne se foulait jamais pour réfléchir. La seule chose qu'on pouvait lui reprocher était d'être bavarde, et colporteuse, et c'était surtout cela qui ennuyait la famille. Bien qu'elle montre un énorme amour pour tout ce qui était Moldu, on ne doutait en aucun cas de son appartenance au monde magique, et les nombreuses preuves étaient suffisantes pour ravir Télamon.

C'était plutôt Eaque, qui grandissait vite, lui, qui était le plus doué. Ne montrant aucun signe de don magique, il fut envoyé à l'école Moldue d'un village voisin, et se montra plus que brillant. Très intelligent, il sauta plusieurs classes et avouait s'ennuyer durant les heures de cours. Une sorte de surdoué. Mais alors que ses parents auraient dû être fiers de ce petit génie, ils n'avaient d'yeux que pour Valogne et ses talents magiques, même si pour Eaque, elle était totalement idiote et naive. Ce n'était pas faute de s'intéresser, car la jeune fille développait sa passion pour les Moldus, et posait sans cesse des tonnes de questions à son frère, puisque lui en était proche. Elle le trouvait si intelligent, si savant... dire qu'il savait tout des écrivains moldus, des mathématiques compliquées... Elle lui vouait un grand culte mais ne se sentait jamais inférieure.

Cependant... Eaque, lui, montra rapidement des signes d'énervement face à elle et ses parents, voire ses grands parents. Il demanda pourquoi ils n'avaient pas une maison à eux, au lieu de rester ici avec ces bouzeux, ou encore, pourquoi lui était doué alors qu'il avait pour parents des gorets. Malgré les avertissements (jamais de sanction, ce qui manqua sans doute au gamin pour se calmer), Eaque allait toujours plus loin dans les affronts. Se sentant incompris par ces débiles, et plus brillant qu'eux, il demanda à entrer en internat dès le Collège.

Entre temps pourtant, Valogne eut la surprise (qui n'en était pas une, puisqu'elle guettait depuis une semaine le ciel en quête de Hibou Postal) de recevoir une lettre qui lui était destinée, à elle seule. L'écriture verte, ce parchemin et cette liste de fourniture ne faisait aucun doute : elle était inscrite à l'écoule de Sorcellerie Poudlard... Ce fut encore une grande incompréhention pour Eaque, qui se demandait comment une imbécile comme elle pouvait être acceptée dans ce qu'ils appelaient "la plus grande école de magie d'Angleterre". Il ne comprit tout simplement pas, et devint odieux.

Avant le départ de sa soeur pour Londres, juste avant la rentrée, il déchira les rouleaux de parchemins qu'elle avait acheté avec son père sur le Chemin de Traverse, déversa l'encre noire dans sa valise et arracha quelques plumes à Zephir, le petit Hibou que Luna lui avait offert. Ce qui eut pour effet de faire de Valogne la risée du Poudlard Express : ses robes étaient toutes tâchées et son hibou était déplumé. On ressortit du placard le surnom donné à sa cousine lors de sa scolarité : Loufoca. Même si cela ne correspondait pas à son prénom, cela faisait bien rire les élèves, et c'était donc le principal.

Sa scolarité ne fut pas vraiment agréable, bien qu'elle même dise qu'elle était tout à fait normale. Elle ne vit pas les moqueries ou les embûches que lui réservaient ses "camarades" et sa première année fut assez difficile, même si elle même n'en eut pas vraiment conscience. Elle pensait juste qu'ils voulaient rire un peu, et que c'était naturel. Elle fut envoyée à Poufsouffle, ce qui la ravie bien sûr. Lorsque, de retour pour les vacances de Noël, elle expliqua à Eaque les qualités requises pour être envoyé à Poufsouffle, celui-ci lui rit au nez, la traitant d'imbécile aussi bête qu'une grenouille sans cervelle...

Et l'année ne fut pas extrêmement plus clémente car les jeunes sorciers de Poudlard se faisaient un plaisir de la ridiculiser. Car, bavarde et naïve, elle se liait d'amitié avec beaucoup d'élèves, à ses dépends puisque nombreux furent ceux qui ensuite lui tournèrent le dos ou se moquèrent d'elle à la première bourde répondue à un Professeur. Ainsi fut-elle ridiculisée plus d'une fois en cours de Métamorphose, où elle était peu douée, voulant participer mais ne trouvant que rarement la formule exacte devant ce professeur qui l'intimidait énormément, cet homme froid et borgne... Malgré tout ses efforts, ses résultats n'étaient pas exceptionnels, tout juste arrivait-elle à s'en sortir dans les matières principales, et elle était paniquée durant les heures de vol.

Ce ne fut qu'en seconde année qu'elle réussit à se faire de vrais amis. Elle eut la chance de bousculer un élève nouvellement arrivé, Daneel Mac Douglas, qui malgré son année de moins qu'elle, la prit sous son aile et l'aida à s'affirmer un peu. Elle resta cependant durant toute sa scolarité, la risée du Collège, du moins lorsqu'ils n'avaient personne d'autre sous la main. Heureusement, jamais elle n'eut à se plaindre de mauvais traitement, ce qui lui permit de garder un certain optimisme et elle réussit toujours à trouver des "excuses" aux personnes qui se moquaient d'elle.

Lors de sa Seconde année, elle reçut un Hibou tenant à la patte un parchemin sombre au liseré blanc. Son père s'était fait attaqué par un Hippogriffe, logiquement mort depuis quelques heures, mais malheureusement, toujours vivace en vérité. Il n'avait pas survécu à ses graves blessures, agonisant à Sainte Mangouste sous l'œil terrifié de sa mère. Cette nouvelle défit complètement la jeune fille, qui perdit l'appétit et le sommeil durant de nombreux mois. Elle eut de justesse ses examens de seconde année et fut aidée par la Directrice afin qu'elle puisse se remettre sur pied le plus rapidement possible, pour ne pas gâcher sa scolarité magique.

Obtenir ses BUSE ne fut pas facile... Bien qu'elle s'acharna à réviser nuit et jour, elle n'eut pas d'excellentes notes, et sa plus haute distinction fut un O en Etude des Moldus. Cette matière la passionnait, elle allait volontiers en cours, les yeux brillants d'admiration pour le professeur et se plongeant dans ses livres de classe avec un bonheur non dissimulés. Il n'y avait que dans cette matière où l'on la laissait tranquille, et parfois même, on lui demandait les réponses lors d'interrogation... C'était un rêve, un grand rêve, un magnifique rêve. Depuis la troisième année, où elle avait débuté cette nouvelle matière, elle ne cessait de se documenter à la bibliothèque sur les Moldus et surtout, ce qu'ils peignait. L'un des cours traitant sur l'Art Moldu, elle s'était sentie frustrée de ne pouvoir approfondir le sujet.
Mais ses soirées passées à la bibliothèque purent assouvir sa soif de connaissance dans ce domaine, si bien qu'elle devint très érudite sur l'Art Moldu.

Alors bien sûr, ce n'était pas le sujet idéal pour se faire des amis, puisqu'elle était bavarde, elle faisait gonfler les oreilles de ses camarades de Poufsouffle qui l'évitaient dès qu'elle abordait ce passionnant récit des significations tordues des tableaux de Da Vinci ou du Caravage. Mais pour elle, c'était un délice.

Elle eut de justesse assez de BUSE pour pouvoir continuer à étudier ce qui lui plaisait, et ses ASPIC ne furent pas brillant. Si bien qu'elle ne pouvait prétendre à beaucoup de métiers après sa Septième année. Sa mère ne lui en voulut pas, puisqu'elle se montrait beaucoup plus fière de sa fille que de son fils, Eaque prenant ce nouvel affront pour une attaque personnelle, il alla jusqu'à gifler sa mère en claquant la porte. Se retrouvant seules, les deux femmes adultes purent alors enfin ouvrir leur cœur sur ce qu'il contenait de plus lourd, à savoir la mort de Télamon. Le silence avait été de mise sur ce tragique accident depuis des années, et en reparler fut salvateur : toutes deux purent véritablement faire leur deuil.

Eaque réapparut quelques jours plus tards, et il passa le reste des vacances scolaires chez un ami, à Londres. Les deux femmes aidèrent durant les mois estivaux les grands parents à la ferme, prenant soin de ne pas penser à l'avenir. Le soir, Thalie sortait en ville, rentrant sans faire de bruit alors que tout le monde dormait... Cela dura jusqu'en décembre, où on remarqua bientôt qu'elle ne devait pas faire que danser au Bal... Son ventre s'était arrondi, et malgré un âge avancé, elle semblait avoir rencontré un homme qui avait voulu d'elle. Cependant, elle avoua bientôt ne pas savoir de qui il s'agissait, s'étant laissé entraînée par un séduisant jeune homme qui avait abusé de l'alcool...

Mais Valogne la soutint, aidée par ses grands parents. Malheureusement, âgée de près de cinquante ans, elle se trouva être trop faible pour accoucher correctement, et elle ne survécut pas aux douleurs que l'enfant provoqua en naissant. Pour ajouter à ce drame, le bébé ne vécut que quelques heures, avant de mourir à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valogne Lovegood   Lun 26 Nov - 1:43

Valogne se retrouva donc seule, avec ses grands parents, Eaque étant en internat et ne semblant pas éprouver une quelconque tristesse lorsqu'il avait appris la tragique nouvelle. Se sentant plus que jamais seule et sans avenir, Valogne ne sut d'abord pas quoi faire de la petite somme d'argent que lui avaient légué ses parents. Ne souhaitant pas les dépenser inutilement, elle les garda durant quelques temps, avant de tomber, lors d'une promenade maussade à Pré-Au-Lard, sur une vitrine portant un petit écriteau : << A vendre >>.

Il lui suffit de dépenser une grosse partie de son héritage pour acheter la boutique... Mais que faire d'un magasin ? Elle avait agi sur un coup de tête sans réfléchir, sans même avoir une quelconque notion du commerce ou de la vente. Mais que vendre d'abord ?
Elle l'ignorait royalement.

Ce ne fut que lorsqu'elle mit dans des cartons ses affaires personnelles afin d'emménager au dessus de la boutique, dans un petit appartement miteux, qu'elle retrouva ses livres d'école, et surtout, celui de l'Etude des Moldus. Elle eut alors un déclic : elle allait faire de cette vieille vitrine une Galerie d'Art pour les tableaux Moldus, elle était sure que tous les Sorciers allaient adorer ! Dépensant alors tout ce qui lui restait, et prenant plusieurs crédits à la Banque Gringotts, elle réussit à acheter quelques petits tableaux, certains peu connus de peintre pourtant illustres dans le monde moldu. Ce fut le début des affaires.

Au départ, les sorciers étaient curieux, et affluaient dans sa Galerie. Mais très vite, elle se rendit compte qu'ils ne désiraient pas acheter ces tableaux, estimant peut être que cela n'était pas "de l'art" ou était trop "primitif"... Les recettes étaient maigres, il lui fallait trouver de l'argent pour payer ses dettes et subvenir à ses besoins. N'étant que trop peu brillante en classe, elle ne put prétendre à mieux que donner des cours à des enfants Moldus lorsqu'ils n'avaient pas classe.

Ce fut lorsqu'elle allait donner un cours à un petit garçon dans la banlieue de Londres qu'elle rencontra son grand frère, âgé de 18 ans, assez plaisant selon elle, bien que souffrant d'un fort strabisme. Etrangement également, celui-ci ne sembla pas insensible au charme relatif de Valogne, et tout s'accéléra. Ne réfléchissant pas, elle lui révéla beaucoup de chose sur elle et sa famille, son monde... Elle était fascinée par ce Moldu, il savait tant de chose sur ces gens-là, il était drole (les blagues carambar....) et très intelligent. En fait, il n'était pas très fin, mais Valogne le trouvait très adroit. En quatre mois, elle était mariée. Lui vouant pratiquement un culte, le jeune homme s'en trouvait charmé et son égo également, cependant la niaiserie de cette "sorcière" et toute ses histoires de magie commencèrent à le lasser, et en six mois, elle était divorcée.

Valogne se retrouva de nouveau, complètement seule. Brisée, elle conserva cependant cet optimiste qui lui permettait de ne pas sombrer dans des phases plus noires, se disant qu'il était peut être naturel pour un Moldu de divorcer aussi rapidement. Mais les affaires ne marchaient toujours pas, et les cours de dessin aux petits Moldus n'étaient pas très rentable. Elle se retrouva souvent, en fin de mois, à devoir jeûner pour payer ses différents crédits. Pour s'en sortir cependant, en grande optimiste, elle compte sur la Loterie : très superstitieuse, elle parie chaque semaine sur le chiffre 7.
Revenir en haut Aller en bas
Choixpeau
Poudlard
Poudlard
avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 26/07/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: HiHiHi
Année d'étude ou Emploi: HaHaHa
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Valogne Lovegood   Sam 8 Déc - 23:13

Digne héritière des Lovegood
J'ai l'honneur de vous annoncer

Que votre fiche est validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valogne Lovegood   

Revenir en haut Aller en bas
 
Valogne Lovegood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luna Lovegood(Serdaigle)
» Luna Lovegood (Serdaigle)
» Présentation de Luna Lovegood
» Luna Lovegood (Serdaigle)
» Luna Lovegood • Tu es aussi sain d'esprit que moi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LeviCorpus l'aprés épilogue :: Administration :: V1 :: Fiches V1-
Sauter vers: