Parce qu'une saga telle que celle là ne meurt jamais ...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mlle Ruiz Hilairia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hilairia Ruiz
Sorcier
Sorcier
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 35 années, fille d'humbles marchands.
Année d'étude ou Emploi: Oubliator, travaille pour le ministère de la magie.
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Mlle Ruiz Hilairia   Sam 15 Nov - 22:27

Carte d'Identité


Nom : Ruiz
Prénom(s) : Hilairia
Âge : 35 années
Jour et mois de naissance : 2 novembre
Etat civil : Célibataire
Adresse : En Irlande, dans la ville de Cork au sud du pays.
Profession : Oubliator au service du Ministère de la Magie.

Famille


Famille :Ruiz Hilairia est issue d'une famille de sang pur ayant chacun d'incroyables dons artisanaux ou commerciaux. Il semblerait qu'Hilairia soit la seule ne sachant rien faire de ses dix doigts mais personne ne lui en ferait la remarque. D'après tout, et malgré tout ce qu'il pouvait bien se dire lors des réunions de famille, celà ne pouvait pas être une tare de n'être qu'un oubliator ! Celà avait même servi une fois à Pedro mais enfin... Ceci est une vieille histoire.
Père : Antonio Ruiz est un fier commerçant vendant des robes de sorciers fantaisie sur le chemin de Traverse. C'est un homme lent amoureux de son travail qui ne perd pas de temps aux bavardages sans interêt. Inquiétant, il le parait aux premiers abords mais ceux qui le connaissent bien vous dirons qu'il n'y a pas de commerçant plus généreux et plus affable dans tout le chemin de Traverse !
Mère :Ana Ruiz, née Coppola, travaille en tant que couturière pour son époux et est une reine dans l'art de la confection. Contrairement à son époux elle a la langue bien pendue et tient à elle seule une conversation avec les question et les réponses. Ronde et joviale, elle est la personnification même de la bonne humeur et de l'humour. Très bonne cuisinière, elle n'hésite pas à faire des montagnes de nourriture à ses invités... Mais attention, veillez à vider vos assiettes... Sinon vous risqueriez fortement de la fâcher.
Frères et sœurs : Pedro Ruiz, 30 ans, herboriste. Etant jeune, il s'amusait à détrousser les moldus et avait bien faillit finir dans une prison moldue. Hilairia l'a sorti in extremis de ce mauvais pas en échange de quoi il avait promis de ne jamais plus reccomencer. Depuis, il tient parole, du moins semble-t-il.
Autres membres de la famille : Hernando Coppola, grand père maternel d'Hilairia est un homme bien mystérieux. Dans la famille, on ne prononce jamais son nom même s'il est mort depuis longtemps déjà. Hilairia le soupçonne d'avoir été un mangemort mais elle se garderait bien de poser la question à quiconque. D'après tout, quelle importance ?

Ethnologie


Description physique : Hilairia est une grande femme d'allure sombre et d'une maigreur épouvantable. Elle n'est en rien l'idéal féminin et pourtant la singularité de ses traits ont une certaine beauté diaphane, légère et fragile. L'âge déjà a marqué imperceptiblement le coin de ses yeux et a donné au timbre de sa voix une nuance rauque et suave qui souvent étonne. Ses grands yeux emplis de curiosité semblent appartenir à un ingénu enfant de cinq années et rient à la manière de deux lucioles argentées, jetant un fort contraste avec son allure générale maladive l'obligeant à s'aider d'une canne pour ne pas choir. Le paradoxe est à l'image de cette sorcière: selon où vous posez vos yeux sur Hilairia vous croirez tour à tour voir une vieille femme usée ou une jeune enfant à l'apogée de sa fraîcheur.
Amoureuse des belles toilettes, mademoiselle Ruiz aime à porter de forts beaux atours qui bien souvent naissent des talentueuses mains de sa mère. Elle ne porte que de longues robes pour masquer le handicap de sa marche et bien souvent ces dernières sont de couleur sombre afin de ne pas avoir l'air d'une meringue criarde dans les couloirs du ministère. Chaussée de ballerines, vous ne l'entendrez jamais faire de fracassantes entrées et même si elle aurait désiré porter de hauts talons elle n'aurait jamais pu s'y résoudre.
Hilairia possède une peau transparente qu'elle ne supporte pas, ainsi laisse-t-elle libre son ample cheveulure fauve autour de son visage. Seule sa frange est retenue par de fines perles de culture sur le derrière de son crâne pour éviter qu'ils ne tombent dans ses yeux. Bien entendu, elle pourrait bien la couper mais par manque de temps et habitude elle s'est résolue à rester ainsi. D'après tout, c'était sans doute aussi par pure négligence car Hilairia trouve absurde de s'entretenir comme le ferait une jeune fille. Cependant, elle ne peut sortir sans un soupçon de rouge à ses lèvres, seule coquetterie artificielle qu'elle se permet seulement pour ne pas avoir l'air d'une poupée de porcelaine défraîchie et déprimée.
Très souriante et toujours voilée de bonhomie elle inspire une grande sympathie à ses interlocuteurs et c'est bien souvent avec regret qu'elle se fait oublier aux yeux de nombreux moldus...
Description morale et caractère : Hilairia est une personne tenant à la fois de son père et de sa mère. Bien entendu, elle serait incapable de faire comme eux des merveilles artistiques mais elle leur a volé des traits de caractère qui ne sont pas toujours les meilleurs.
Personne ne comprend comment mademoiselle Ruiz peut-être à ce point amaigrie. En effet, elle absorbe des quantités de nourritures astronomiques et a même un jour dans une foire moldue américaine gagné le premier prix d'avaleuse de hot dog. Celà lui a bien valu quelques moqueries au sein du ministère mais Hilairia très philosophe et habituée à l'autodérision était la première à en rire. Il fallait dire que bien peu savaient qu'elle était atteinte de la sclérose en plaque et a su maquiller son handicap physique en accident de magicobus. La maladie avait eu sur elle un effet physique catastrophique qui n'avait en rien gâté son moral. D'après tout, ses maux ne regardaient personne et elle n'était pas du tout le genre à se plaindre. Ses douleurs étaient enfouies quelques part en elle et de son corps n'émanaient que sourires et sympathiques remarques lancées à la volée.
Hilairia est une femme très classe qui s'interesse énormément aux opéras et autres événements culturels depuis son plus jeune âge, Ana et Antonio en savaient quelque chose car depuis son enfance Hilairia demandait chaque lundi -jour de fermeture de la boutique- à visiter les musées et autres expositions londonniennes. Arrivée à la maison, la petite fille tentait de refaire de mémoire toutes les choses qu'elle avait vu, malheureusement jamais personne n'avait fait la différence entre un éléphant et un scorpion dessinés de sa main.
Alors Hilairia mangeait, riait... et buvait beaucoup lors des soirées... Pas assez pour rendre mais bien assez pour parler au moins autant que sa mère. Cependant elle ne vous parlera pas de ragots ou ne vous tiendra pas de discussions de halles, non... elle vous parlera de vous. Si elle n'avait pas fait oubliator elle aurait sans doute fait psychologue mais jamais à Sainte Mongouste elle n'en avait rencontré. Elle sut plus tard qu'il n'y en avait pas. Tant pis, elle s'occupait tout de même de l'esprit des gens même s'il était parfois regrettable de devoir les effacer au lieu de les fouiller. Vous l'aurez sans doute deviné, Hilairia est rongée par la curiosité. Tout savoir, tout comprendre, se renseigner... Telle est la course folle qui la ronge au plus haut point. Pourtant, elle ne fait pas celà pour des fins perverses ou offensantes, loin de là... C'est juste de la curiosité personnelle qu'elle ne dévoilera jamais puisque quand elle a un renseignement qu'elle recherchait elle l'oublie aussitôt, à la manière des prédateurs qui ne pensent plus à leur proie de la veille derrière laquelle ils ont durant des heures couru.
Pour résumer la situation, Hilairia est une femme croquant la vie à pleine dents malgré la maladie, une femme qui boit, mange et même fume plus que de raison pour paraître détachée de toutes choses. Mais n'ayez pas le malheur de lui avouer que vous avez un secret, sinon vous l'aurez sur le dos tant que vous ne l'aurez pas dévoilé, même si celà devrait prendre de nombreuses années...

Particularité : Hilairia est atteinte de la sclérose en plaque qui n'a pour le moment touché que partiellement sa jambe droite. Cependant, personne ne le sait et chacun est persuadé que ce n'est qu'une blessure suite à un regrettable accident de magicobus.

Scolarité & Informations Pratiques


Ecole : Ecole de Magie de Poudlard, ancienne élève de Serdaigle.
Baguette : Crin de Licorne, Bois de Saule, 25 centimètres.
Animal de compagnie : "Senija", une hermine albinos
Relations particulières :
-Le Ministre de la Magie: Hilairia n'est pas toujours d'accord avec lui mais ne le montre pas. Elle travaille à son service et il le fait bien comprendre, puis la lutte n'est pas le point fort de la demoiselle. Cet homme est un travailleur hors paire croulant sous une tonne de travail et mademoiselle Ruiz l'admire et le respecte beaucoup. Ils n'ont de contact que dans le ministère.
-Les autres oubliators: Il lui arrive de les croiser dans le ministère, mais elle ne fait pas réèllement attention à eux. Cependant, elle accepte avec joie de travailler en équipe avec eux car enfin si Hilairia n'a que très peu de contact, n'est-ce pas à cause de sa trop grande discretion ?
-Les Aurors: De courtois bonjours, et une grande admiration. Les Aurors ont un courage que la demoiselle ne néglige pas et elle apprécie beaucoup leur présence, même si elle ne les toise jamais directement. Elle serait cependant très heureuse d'en savoir davantage sur leurs missions leur travail...

Hors Jeu


Vous, derrière votre PC :
Pseudo ou prénom : Léa
Âge réel : 20 ans
Temps consacré sur le net par jour : On va dire que je serais disponible de deux à trois fois par semaine au grand maximum. Je répondrais dans les meilleurs délais possibles, j'ai beaucoup de travail mais ce sera gérable.
Comment avez-vous connu LeviCorpus ? Bouche à oreille, par Antoine.
Ce qui vous a poussé à vous inscrire : Avec Antoine, on avait envie de faire du RP tous les deux, on s'est donné un choix de forum et l'on s'est dit: pourquoi pas Lévi Corpus ?
Autre chose à rajouter ? Scrogneugneu alien


Dernière édition par Hilairia Ruiz le Dim 23 Nov - 14:12, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilairia Ruiz
Sorcier
Sorcier
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 35 années, fille d'humbles marchands.
Année d'étude ou Emploi: Oubliator, travaille pour le ministère de la magie.
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Mar 18 Nov - 21:51

Passé


"Elle sera comme toi ! Elle confectionnera les plus beaux atours ! Tu verras, Ana ! Quelle joie, mais quelle joie ! On la mariera plus tard avec le fils du marchand d'en face, tu sais, monsieur Croqus ? Oui, celui qui vend les chaussures ! C'est un vrai dur à la vente ! Que de bonheur, que de bonheur ! Tu verras, notre fille, Hilairia, fera la bonheur de ses parents !"

Bien entendu, comme à chaque enfant qui nait le père se se sent toujours obligé d'établir une biographie de sa progéniture... Etais-ce par simple complexe de ne pas avoir porté durant neuf mois le nourrisson ou étais-ce simplement la pure bêtise masculine qui refaisait surface lors d'heureux événements ? Toujours était-il qu'Hilairia ne devint jamais ce que son père avait par avance décidé pour son avenir et tant mieux. Le fils Croqus n'était qu'un petit garçon cruellement niais qui passait le plus clair de son temps assis sur les marches du négoce de ses parents à explorer ses amples narines de ses dix doigts. Antonio avait bien essayé à maintes reprises de faire en sorte que ces deux enfants s'entendent mais à chaque fois que le garçonnet s'approchait d'Hilairia cette dernière hurlait et se cachait derrière les jupes de sa mère. Il fallait dire qu'elle y resta longtemps, dans ces jupes et ce n'était pas de sa faute. Chaque enfant aurait fait de même à sa place. En effet, aviez-vous eu une mère maladroite qui laissait souvent tomber des bouts de gâteaux ou autres friandises qui se collaient sur ses vêtements ? C'est ainsi que naquit la légendaire gourmandise de la future oubliator qui à l'époque était en surpoids fort important. Ce défaut pondéral s'atténua après la naissance de son frère Pedro. Les gourmandises de la jupe devaient maintenant se partager.
Hilairia eut une enfance heureuse et suffisante, sa famille ne roulait pas sur les gallions mais en avait assez pour vivre convenablement.
Monsieur et madame Ruiz s'étaient établi à Londres juste après leur mariage et l'époque noire de celui-dont-il-ne-faut-pas-prononcer-le-nom. Ils venaient d'Espagne et étaient des rescapés des mangemorts par qui ils avaient failli périr. Pourquoi ? Comment ? Hé bien... Hernando Coppola, le père d'Ana, était un mangemort bien moins dangereux que d'autres mais enfin, il n'en restait pas moins un mangemort. Sa vraie nature finit par être découverte par Antonio et ce dernier n'eut d'autre recours que la fuite pour ne pas finir tué par l'avada kedavra impitoyable. Hernando a disparu, il a sans doute été tué par quelque Auror et depuis plus personne ne mentionne son existence. C'est la honte de la famille, la tâche d'encre sur le papier immaculé qu'il faut encercler immédiatement avant qu'elle ne s'étende.
A ses onze ans, Hilairia reçu un hibou de Poudlard, un parchemin simple et tamponné qui ne laissait d'autre choix que d'y entrer. Elle fit comme tout le monde et entra à Poudlard. Sa maison d'affectation fut Serdaigle où elle suivit d'assidues études. Elle connut Harry Potter de nom et le croisa souvent dans les couloirs -Hilairia était en première année alors que Harry Potter effectuait sa troisième année- mais jamais ne lui adressa la parole ni le regarda. Il fallait dire que beaucoup le regardaient comme s'il était une curiosité et au fond elle le plaignait bien. Pour rien au monde elle n'aurait aimé être admirée pour la simple raison qu'elle avait vécu face à celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom alors que ses parents y seraient resté. Alors elle faisait comme s'il était un élève banal et préféra s'interesser à Mark Spencer, un bellâtre de Serpentard qui occupa ses pensées durant quelques jours. Certes, il était beau mais Hilairia ne se voyait pas sortir avec un élève ayant le quotient intellectuel d'un poulet américain javélisé qu'on aurait oublié de faire cuire, pas même durant un bal de fin d'année. Durant ses années de scolarisation, Hilairia se fit de nombreux amis, pas toujours recommandables mais qu'importe, elle s'amusait bien. De Pré-au lard elle gardera un souvenir charmant, même si la vendeuse de bonbons avait la singulière particularité d'avoir constamment des pâtes de fruit collées sur ses robes. Malgré une enfance on ne peut plus heureuse Hilairia était mal à l'aise devant des scènes l'évoquant. De plus, ses problèmes de nutrition n'allaient pas en s'améliorant mais à sa grande joie elle remarquait qu'elle mincissait à vue d'oeil. Lors de la visite médicale madame Pomfresh ne dramatisait pas:

"C'est normal, mademoiselle Ruiz ! Votre corps change, votre taille s'élance. Vous serez bientôt une jeune fille éclatante de santé. Mais attention, veillez tout de même à manger à votre faim !"

Ce n'était pas à sa faim qu'Hilairia mangeait, c'était à sa voracité légendaire. Celà ne l'alarmait pas le moins du monde, jusqu'à ce qu'adviennent les vacances d'été. N'ayant jamais eu l'âme sportive la jeune fille ne perdait pas son temps à courir sans fin et sans but précis, elle préférait se plonger corps et âme dans un bon Shakespeare. Non pas de "Roméo et Juliette" qui faisaient à son goût "beaucoup de bruit pour rien" mais un "Marchand de Venise" pour mettre son esprit dans "La tempête". Le sport... Un seul mot qui sans doute aurait pu sauver Hilairia de la maladie... Mais le manque d'exercice avait eu raison d'elle et lorsqu'elle sentit sa jambe raidie, les médecins moldus jusqu'aux experts de Sainte Mangouste émirent un diagnostique des plus négatifs:

"Celà va être dur, mademoiselle, très dur... Vous auriez senti la douleur plus tôt si vous faisiez un quelconque exercice... Non, ne pleurez pas enfin !... Un traîtement visera à faire reculer la maladie... Non, elle ne disparaîtra jamais... De la douleur ? Oui, quelquefois... Il s'agit de la sclérose en plaque."

Ce soir là, mademoiselle Ruiz fit partir un hibou à Thalia, sa meilleure amie de classe. Elle avait convenu avec elle même qu'elle n'était pas malade, qu'elle avait juste eu un regrettable accident de magicobus et avec le temps ne l'avait-elle pas cru elle-même ? Quand Hilairia regagna Poudlard avec une canne l'année suivante toute sa maison la regardait avec curiosité. De toute façon, chez les moldus ou ailleurs c'était bien la même chose. Du moment où vous aviez une canne ou une cicatrice sur le front on vous montrait du doigt comme si vous étiez elephant man en personne. Elle entrait alors dans sa cinquième année et Pedro entamait sa première. L'effroi et l'incertitude régnait dans les lieux où il persistait constamment le poids de la mort de Dumbledore. Désormais, plus personne même à Poudlard ne pouvait être en sécurité. Pedro, accepté à Serpentard n'était pas rassuré et se débrouillait pour retrouver sa soeur à Serdaigle le plus possible. Cette dernière tentait tant bien que mal de le rassurer et de lui faire croire que rien de grave ne se passait, que son jeune esprit lui jouait encore des tours. Cependant, quand il fut évacué de Poudlard elle dût bien lui avouer qu'il y avait quelques soucis, sans toutefois lui révéler toutes les horreurs de cette époque. Les premières années, ainsi que les secondes ne pouvaient pas rester au sein de l'école de magie, quant aux raison, Hilairia pensa qu'Antonio et Ana devraient les énumérer à leur fils. D'après tout, c'était bien leur rôle de parents. Cette année à Poudlard fut la moins enrichissante mais fonda les bases de la vie de la jeune fille. Elle renonça à se trouver un potentiel futur mari et passa sa vie dans la bibliothèque à étudier les cours divers et variés. Si elle ne pouvait s'épanouir dans sa vie privée, la jeune fille s'épanouirait tout de même ailleurs et les notes obtenues à tous ses examens achevèrent de l'en persuader.
Bien entendu, elle ne croulat pas sous des tonnes d'"optimal" mais en eut quelques uns, notamment dans les défenses contre les forces du mal ou aux soins aux créatures magiques. Hagrid lui avait maintes fois proposé de faire véterinaire mais Hilairia avait d'autres ambitions. Elle s'interessait de plus en plus à l'esprit d'autrui, à ses bases, ses méandres et complications éternelles. Cette passion commença quand elle voulut comprendre comment un "phénomène de moutons" pouvait être possible dans des sociétés en apparence démocratiques et libres. Comment pouvait-on s'enfermer dans un engrenage de normalisation quand on avait à sa portée le droit de penser et surtout le droit à la liberté d'expression ? Pourquoi tout le monde se veut pareil à son voisin alors qu'en fait nous avons tous été conçus pour être différents ? Et pourquoi quand une personne était différente de par son apparence ou ses idéologies les autres se sentaient obligés de les montrer du doigts en s'esclaffant ? Ce phénomène, Hilairia avait pu le croiser dans le monde des moldus, mais il était déplorable qu'il ait une existence ancrée dans le monde des sorciers. Mais si celà la passionnait, elle se rendait bien compte qu'elle en était une victime et tentait de ne plus porter aucune attention sur les regards curieux se posant sur sa canne. Il ne fallait pas s'interesser aux esprits... Il fallait les modifier, et dans certains cas en détruire quelques données.


Dernière édition par Hilairia Ruiz le Lun 24 Nov - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilairia Ruiz
Sorcier
Sorcier
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 35 années, fille d'humbles marchands.
Année d'étude ou Emploi: Oubliator, travaille pour le ministère de la magie.
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Dim 23 Nov - 19:33

Ces pensées l'amenèrent machinalement au Ministère de la Magie, diplômes en main, à la rencontre du directeur du Département de la Magie. Ce dernier, inquiet de l'infirmité de la jeune femme se demanda si elle pouvait tenir le coup, et enfin opta pour lui poser des questions pièges concernant le métier d'oubliator.

"Bien entendu, mademoiselle, nous avons de la place au sein de cet établissement pour embaucher un oubliator. Cependant, les moldus ont parfois des réactions de rare violence et ne se résoudront pas à oublier une scène qui pour eux semble magique ou anormale, donc ils refuseront qu'un oubliator les approche. C'est pour celà que nous avons besoin de personnes alertes et..."

Le regard du directeur se posa lentement sur la canne d'Hilairia et cette dernière reprit:

"Et entendez bien monsieur que rien ne sert de courir. Si je ne puis me déplacer à ma guise je fais confiance à mon talent de diplomate et je suis certaine que le plein grès des moldus est bien plus efficace et honorable que la force exercée contre eux. Il faut cesser de les prendre pour d'impitoyables jouets et enfin regarder la vérité en face. Ces gens là ne sont pas inférieurs à nous, nous sommes comme eux et il faut avouer qu'ils sont bien plus méritants que nous... Ils arrivent à se débrouiller tant bien que mal quotidiennement sans la moindre once de magie, vous, vous pourriez le faire ?"

"Je ne vois pas le rapport avec les oubliators, mademoiselle."

"Hé bien, monsieur, je veux juste démontrer que le plus important dans son travail est de savoir à qui nous avons à faire pour ainsi être plus efficace dans notre besogne. Les rapports de force et les coups bas sont indignes des sorciers et que pour être un oubliator il faut sans nul doute être bien plus intelligent que sportif."

Le directeur sourit. Hilairia avait répondu exactement ce qu'il désirait. Bien entendu, un oubliator ne devait pas être violent mais bel et bien ingénieux pour inspirer la confiance des moldus. Certes, la demoiselle Ruiz avait une allure quelque peu singulière mais la bonté qui se lisait sur son visage ne permettait aucune inquiétude de la part d'autrui. Ainsi fut embauchée à l'essai Hilairia au poste d'oubliator. Et si elle s'avérait ne pas être à la hauteur, que se passerait-il par la suite ? Le chômage, les moqueries, et la misère feraient suite puis il n'y aurait plus d'autre choix que de prendre le balai pour ôter la poussière du quai 9 trois quarts en rêvant avec nostalgie aux futurs merveilleux qui s'offriraient aux élèves de Poudlard. Non, elle serait à la hauteur, de toute façon elle n'avait pas le choix. Déterminée de réussir, Hilairia mit toutes les chances de son côté pour mettre à bien les missions du ministère. Certes, elle n'était qu'une malade boitteuse qui finirait sans doute dans un fauteuil roulant, mais cette malade là aura été un oubliator hors pair. C'était son ambition nouvelle et les réussites de ses missions l'encouragaient dans ce sens-là.
Le directeur cependant n'avait pas eu tort en énumérant la méchanceté de certains moldus et la violence face à laquelle elle pouvait faire face. Cependant, elle plus compter sur un allié jusqu'alors innatendu qui prit dans son travail une place importante: Senija son hermine. Cet animal lui avait été offert par son père avant son entrée à Poudlard et l'avait suivi paisiblement tout le long de ses études. Cet animal à la paresse légendaire se faisait aisément oublier et passait le plus clair de son temps à dormir. Cependant, son regard rouge grenat impressionnait les moldus et les plus supersticieux. Certains d'avoir affaire au diable en personne, ces derniers laissaient sans résistance leur mémoire s'effacer dans l'espoir de ne pas recevoir une quelconque malédiction.
Ainsi, Hilairia put devenir une oubliator. Sa période d'essai fut un franc succès et elle ne décevra pas par la suite le ministère. Certes, elle était loin d'avoir l'audace et le courage des Aurors mais elle se contentait bien de sa posture qui enfin lui permettait de vivre. Monsieur et Madame Ruiz disaient devant leur fille qu'elle faisait un métier fabuleux, que travailler dans le ministère était une tâche prestigieuse mais quand ils se retrouvaient seuls, ils se désolaient.

"Tout de même, au lieu de rester seule dans sa maison comme une âme en peine, elle aurait mieux fait de le marier, le fils Croqus, et de devenir une marchande honorable dans le chemin de traverse... Heureusement que notre Pedro va suivre cette voie, lui, c'est un vrai Ruiz !"

Un vrai Ruiz... Qui eut tout de même sa phase d'indignité. Parfois, sous prétexte d'aller avec ses amis moldus visiter le zoo de Londres il suivait sa soeur et revenait les poches emplies d'or. Au début, les parents ne s'aperçurent de rien mais ses sorties se multipliaient jusqu'à devenir très douteuses aux yeux de la famille. Un soir, il ne rentra pas. Madame Ruiz pleura longtemps son fils Pedro et inquiétée par cette soudaine disparition Hilairia décida de partir à sa recherche dans les rues moldues de Londres. Après plusieurs heures de recherches elle apprit que son frère était mis en examen pour vol et que la première partie de son procès se déroulerait dès le lendemain. Pour ne pas inquiéter ses géniteurs, Hilairia leur inventa une histoire de fiancée qu'il ne voulait pas quitter et leur promit de leur ramener Pedro dès le lendemain.
Durant le procès de Pedro Ruiz, une forme sombre s'avança dans le tribunal. Elle boittait et portait dans la main un long baton foncé. Les avocats rirent et se demandèrent ce qu'était cette plaisaterie jusqu'à ce qu'ils se demandent de quelle plaisanterie ils parlaient. Le détenu avait été libéré et personne maintenant ne devrait plus s'en souvenir.
Des rapports et des excuses, l'oubliator a dû en faire des quantités astronomiques au ministre mais enfin l'affaire finit par pencher à son avantage:

"Il est clairement mentionné que les magiciens ayant fauté devront être pris en charge par Azkaban et non pas par une prison moldue. Vous imaginez clairement comme moi toutes les complications que pourrait engendrer Pedro dans la prison de Londres."

Il fut convenu qu'au prochain faux pas de Pedro, la justice du monde des sorciers s'en occuperait personnellement. Il eut pour obligation de rendre tous les biens volés et ce de façon discrète et eut une grosse amende à payer -et qu'il n'a pas encore fini de rembourser- au ministère. Cette amende ne couvrait pas seulement sa faute, mais aussi l'absence de médiatisation de Pedro qui selon Hilairia aurait blessé à mort ses pauvres parents. Cependant, tout le monde savait ce qu'il s'était passé, c'était un secret de polichinelle mais Antonio et Ana n'en sauraient jamais rien. On ne connait pas de récidive à Pedro jusqu'à ce jour, du moins officiellement. Certains affirment que dans son magasin d'herbes en tous genres se passent des trafics de drogues important. Par manque de preuves, rien n'est fait mais Hilairia prie pour que tous ces dires ne soient que d'immondes rumeurs.
Voici où en est Hilairia Ruiz, oubliator au ministère de la magie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilairia Ruiz
Sorcier
Sorcier
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 35 années, fille d'humbles marchands.
Année d'étude ou Emploi: Oubliator, travaille pour le ministère de la magie.
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Dim 23 Nov - 19:34

Toutes les modifications ont été faites. Je m'excuse pour l'histoire divisée en deux, mais sur une seule page, elle ne tenait pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily P. Dursley
Admin
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 30
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 11 ans - fille de Dudley Dursley
Année d'étude ou Emploi: 2ème année
Gallions:
1500/100000  (1500/100000)

MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Lun 24 Nov - 12:37

Je vais voir ça ...

Est-ce que tu veux que je supprime les messages entre les deux parties de la fiche pour qu'on y voit plus clair ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilairia Ruiz
Sorcier
Sorcier
avatar

Nombre de messages : 22
Age : 29
Date d'inscription : 15/11/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 35 années, fille d'humbles marchands.
Année d'étude ou Emploi: Oubliator, travaille pour le ministère de la magie.
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Lun 24 Nov - 21:04

Comme tu veux, mais c'est vrai qu'un peu de ménage serait bien ! Rolling Eyes
A vous l'honneur de passer le balai ! Very Happy
*modifs n°2 effectuées*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emily P. Dursley
Admin
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 30
Date d'inscription : 29/10/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 11 ans - fille de Dudley Dursley
Année d'étude ou Emploi: 2ème année
Gallions:
1500/100000  (1500/100000)

MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Mer 26 Nov - 0:15

J'ai fait le ménage, du coup :

Bienvenue... parce que j'ai effacé le message où je te le disais et du coup on pourrait croire qu'on est pas poli avec les nouveaux membres ^^"

Donc, la fiche est prise en compte.. et les modifs seront lues demain ... par moi !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau
Poudlard
Poudlard
avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 26/07/2007

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: HiHiHi
Année d'étude ou Emploi: HaHaHa
Gallions:
0/0  (0/0)
MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   Mer 26 Nov - 11:57

Fiche validée,
Aller donc remplir votre tâche
et jouer avec la mémoire des gens mademoiselle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mlle Ruiz Hilairia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mlle Ruiz Hilairia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mystères de Lisbonne (de Raoul Ruiz)
» Mlle Bergamote ) 1er Cours de Potions
» Un samedi chez Mlle de Scudéry
» [Alexandre Ruiz] "La chronique d'Alexandre Ruiz"
» Carlos Ruiz Zafon - Marina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LeviCorpus l'aprés épilogue :: Administration :: V1 :: Fiches V1-
Sauter vers: