Parce qu'une saga telle que celle là ne meurt jamais ...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Judicaelle Löwenstein
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans, un frère jumeaux nommé Raphael
Année d'étude ou Emploi: 6ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]   Jeu 15 Mai - 23:40

Il faisait nuit, il faisait très frais. On entendait encore la musique de façon étouffée, alors que Judicaelle était sortie dehors. Elle s’était dirigée vers le lac, histoire d’être seule. Elle était toujours vêtue de sa longue robe bleu clair, mais elle avait les chaussures à la main, car il lui était difficile de marcher dans l’herbe avec. La jeune fille ne se souciait pas de l’herbe humide et froide sous ses pieds, elle se contentait de marcher, l’esprit occupé. Elle finit par arriver vers un arbre, où elle s’adossa à son tronc, assise dans l’herbe. Le regard vide et humide à la fois, elle ne fixait pas de point précis, mais son regard était dans le vague, comme si elle était absente. Elle repensait à ce qui venait de se passer à la soirée.

Citation :
-Flash-Back-

Ils étaient arrivés à la soirée, bras dessus dessous comme tous les couples qui venaient se présenter aux autres. Ils étaient souriants tous deux, et Judicaelle ne se préoccupait pas des regards des filles envieuses et jalouses de la voir au bras du Serdaigle. Elle ne se sentait pas encore assez à l’aise, mais cela venait petit à petit. Elle arrivait à marcher comme il fallait, suivait Aether partout où il allait, restant souriante pour faire bonne impression et tenter d’égaler le prestige du narcissique qu’il était. Elle s’était dit qu’elle devait tout faire pour ne pas entacher la réputation du jeune homme. Dans d’autres circonstances, elle ne se serait pas gênée, mais là non, elle ne ferait rien qui pourrait nuire au Serdaigle.

La soirée se passait merveilleusement bien, les couples dansaient, riaient en semble, tous étaient magnifiquement vêtus. Même les professeurs étaient sur leur 31. Aether avait accordé une danse à Judicaelle qui avait accepté de bon cœur. Là elle avait mit en pratique ce que le jeune homme lui avait apprit quelques heures auparavant, avec une grâce délicieuse, des mouvements fluides qui pouvaient êtres qualifiés de divins. Quelques heures passèrent, puis Aether laissa quelques minutes Judicaelle, lui disant qu’il allait chercher à boire. La nordique lui sourit et attendit donc qu’il revienne avec les boissons. Elle s’était donc assise sur un banc, observant les autres couples. Au bout d’un moment, elle balada son regard sur la foule, en direction de la table où se trouvait les boissons et les hors-d’œuvres.

Elle vit Aether en compagnie d’autres garçons et filles de sa classe ou non, mais tous semblaient arborer le même air narcissique et hautain qu’Aether avait arboré la première fois. Eux aussi devaient faire partie de ceux qui mettaient la nature pure de leur sang sur un piédestal. Judicaelle s’était donc levée pour aller le rejoindre, mais au fur et à mesure qu’elle avançait vers eux, ce qu’elle entendait ne semblait pas lui plaire. L’un des élèves souligna qu’il était venu au bal avec une Sang-Mêlée à son bras, les autres avaient renchéris par-dessus. Et ce qui frappa la jeune femme, c’était les paroles d’Aether. « Vous savez, je n’ai fais que ma B.A ».

Sans un mot, elle s’était reculée, voyant très bien que l’un des ‘amis’ d’Aether avait vu qu’elle avait entendu, mais n’avait rien dit au Serdaigle. Aether ne savait même pas qu’elle avait entendu ce qu’il avait dit sur elle. La Poufsouffle s’éclipsa alors en douce sans que personne ne la remarque.

-Fin du Flash Back-

Les paroles d’Aether avaient été blessantes. Lui qui lui avait cessé de tenir ces propos avec elle. Lui qui lui avait apprit à danser, lui qui l’avait coiffée, pour qu’elle soit à son avantage, lui qui l’avait invitée au bal alors qu’elle voulait s’enfermer dans la bibliothèque avec une pile de livres. Alors tout ça, ce n’était que pour sa « B.A » ? Judicaelle ne sentait extrêmement blessée, cela ressemblait à un coup de poignard en plein cœur dont on s’amusait à remuer la lame pour que cela fasse encore plus mal. Non cette fois-ci s’en était trop. Elle s’était montrée beaucoup trop gentille avec lui, et voilà comment il l’a remerciait. Cela ne changeait pas tout compte fait, lorsqu’elle se montrait très gentille avec les autres, on lui faisait un coup bas par derrière, dans le dos. « Décidemment tu es trop bête Judicaelle » voilà ce qu’elle se disait intérieurement….

[Cela se déroule tout juste après le bal de Saint-Valentin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]   Lun 19 Mai - 22:58

La soirée avait pourtant bien commencé. Aether, accompagné de sa ravissante cavalière, avait fait une entrée des plus remarquables dans la grande salle, et par remarquable nous entendons qu’ils ne s’étaient ni cassés la figure, ni retrouvés sous les coups fumeux de Peeves, l’esprit frappeur.
Et pourtant, il se retrouvait à présent à longer les sentiers noirs des alentours du château. Personne n’avait vu Judicaelle à l’intérieur, selon une Poufsouffle qu’Aether avait soudoyé avec un morceau de gigot qu’il avait sorti de Merlin sait où, elle n’avait pas non plus regagné leurs quartiers de blaireaux.


Citation :
Ils venaient de passer le seuil de la grande salle. Il regarda la décoration kitchissime de la Grande Salle avec un sourire amusé, il serait certainement l’un des rares à la trouver charmante. En effet, toutes ces lumières, ces cupidons ailés, et ces murs à l’effigie d’un temple grec gorgés de soleil le rendaient plus légers : on était bien là pour s’amuser, dans une ambiance bonne enfant, et sans anicroche.
Dans un monde totalement idéal, la soirée se serait déroulée à merveilles, seulement il y avait une méchante reine de contes de fée et qui se nommaient la Bêtise Humaine. Tout sorcier qu’il était, Aether avait les mêmes défauts que la plupart des garçons de son âge, narcissiques et boursouflés d’orgueil, il ne prenait pas garde aux sentiments des autres, à partir du moment où son image était en jeu. Aussi, n’avait-il pas fait attention quant certains de ses amis Sang-Pur, le cœur plein de préjugés, s’étaient approchés de lui pour lui toucher quelques mots. Pourtant il aurait du comprendre… Aether les écoutait avec son sourire bienveillant. Il savait déjà ce que l’on lui dirait pour avoir inviter une Sang-Mêlée avec lui. Tous ses amis n’avaient pas la même notion que lui de la charité. Mais ce fut déjà là que cela clochait. Il n’était pas venu à contrecœur à cette soirée en compagnie de Judicaelle, il était même heureux d’avoir réussi à apprivoiser la jeune fille, ce qui en langage de Renard et de Petit Prince –Merci Mr. Saint-Exupéry – signifiait devenir « amis ». Mais il n’avait pas voulu réfléchir à tout cela, son égoïsme prenait encore trop de place pour qu’il accepte de faire tourner dans sa poitrine des émotions dangereuses. Il en était encore à vouloir le beurre, l’argent du beurre, et la crémière en entier. Ainsi il répondit tout simplement qu’il ne faisait qu’une B.A.
Il avait choisi la façon de faciliter. Mais cela lui glissa dessus comme de l’eau sur les plumes d’un canard, il n’avait pas remarqué qu’à quelques pas d’eux, Judicaelle les avait entendus. Et bientôt pris dans une nouvelle discussion, il ne remarqua pas même son absence.
Les chansons défilaient, Aether plaisantait avec ses amis, tantôt buvant, tantôt goûtant un toast avec l’air d’un fin connaisseur, il passait une bonne soirée.

Mais la bonne soirée avait eu un terme : il vint bien un moment où Aether eut la sensation qu’il lui manquait quelque chose. Il avait déjà ressenti une pareille sensation le jour où il avait égaré sa pince à épiler les sourcils… Et le seul moyen de faire taire ce début d’angoisse était de retrouver ce qui s’était perdu. Au début, il s’était dit que Judicaelle avait dû retrouver des amis à elle, mais quand il ne fut plus le seul à constater cette longue absence, il se décida à chercher avec plus d’empressement.
Un moment, il eut bien une inquiétude : et si un gang de Sang-Pur l’avait pendue par ses pieds en plein milieu de la forêt interdite pour avoir osé l’approcher ? Ses pas s’activèrent. Qu’il était doux de fantasmer à de tels scénarios débiles… Toujours drapé de sa splendide tenue de bal, Aether traversait la nuit et les herbes molles, alanguis par la moiteur nocturne. Il grimaçait : il risquait d’abîmer ses jolis habits ! Hooo !
Mais il oublia cet aspect des choses quand il aperçut une silhouette familière, près du lac. Il soutint sa cape en l’air, comme les princesses tiennent leur robe, et se mit à courir pour la rejoindre plus vite :


"Judicaelle !"

Héla-t-il, et il avait le sourire de celui qui ne sait pas encore ce qu’il va se prendre par la tronche.
Revenir en haut Aller en bas
Judicaelle Löwenstein
Poufsouffle
Poufsouffle
avatar

Nombre de messages : 109
Age : 30
Date d'inscription : 17/02/2008

Feuille de personnage
Age et liens familiaux: 16 ans, un frère jumeaux nommé Raphael
Année d'étude ou Emploi: 6ème année
Gallions:
500/100000  (500/100000)
MessageSujet: Re: Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]   Mar 20 Mai - 15:26

Assise sous l’arbre où elle s’était réfugiée, elle avait ramené ses genoux vers elle et les enlaçaient de ses bras, le menton posé sur ses genoux. Elle regardait à présent un point fixe sur le sol, mais son regard était éteint. Elle ressassait la soirée qui s’était déroulée. Elle avait si bien commencé cette soirée… Elle avait té souriante, plus que d’habitude, au bout d’un moment elle s’était complètement sentie à l’aise, alors que généralement, elle fuyait ce genre de rassemblement. Mais Aether avait réussit à la convaincre, ce qui n’était pas une mince à faire en temps normal.

Mais là, quelque chose lui avait dit qu’elle pouvait lui faire un minimum confiance, lui accorder le bénéfice du doute en somme. Ceci était surtout dû à leur première conversation qui avait été assez houleuse chez Honeydukes, et qui s’était poursuivie dans la rue. Après cela, elle s’était radoucie, notre petit sauvage de Judicaelle. Mais lorsqu’elle s’était approchée de lui et de son petit groupe de narcissiques, et qu’il leur avait dit qu’il avait fait sa B.A en l’invitant, elle une Sang-Mêlée, c’était la goutte qui avait fait déborder le vase. Sans un bruit, sans que des regards se braquent sur elle, la nordique s’était éclipsée pour se réfugier sous un arbre près du lac, où elle était sûre de ne voir personne, car les autres personnes étaient bien trop occupées à roucouler, pour les vrais couples, et les autres à danser en s’amusant, en mangeant des hors-d’œuvre et tout ce qui s’en suivait.

Aether, s’était-il aperçut de la disparition de sa cavalière ? Judicaelle pensait que non, vu qu’il était trop occupé à avoir une longue conversation sur sa B.A avec ses chers amis pourris gâtés et narcissiques jusqu’à la moelle. Judicaelle avait mal, elle avait mal au cœur comme si on l’avait poignardée. Les mots peuvent être parfois aussi tranchants que la lame la plus aiguisée au monde. Elle ne savait pas pourquoi cette fois-ci elle l’avait prit de cette manière. Chez Honeydukes, elle était sortie de ses gonds, ne faisant même pas attention à l’endroit où elle s’était trouvée à cet instant. Elle avait les yeux humides, et se retenait de pleurer. Non, il ne fallait pas pleurer, pas pour ça voyons. Mais ça fait si mal en y repensant.

Elle ferma les yeux un instant, les larmes ne tomberaient pas maintenant non, mais plus tard peut-être. Elle fut sortie de sa si chère solitude, par la personne qu’elle aurait souhaité éviter, c’était Aether qui arrivait en coutant. Et son visage arborait un grand sourire alors qu’il s’était arrêté devant elle, alors qu’elle se relevait. Ce sourire, se moquait-il d’elle ? Il avait le culot de sourire ? Cela lui donnait envie de le gifler pour faire disparaître ce sourire. Mais avant qu’elle n’ait pu comprendre, sa pensée se traduisit par un geste. Sa main alla à la rencontre de la joue d’Aether, avec élan et sans retenue, et qui le fit même reculer, à défaut de le mettre à terre. Il aurait une marque bien rouge pendant quelque heure.


"C’est bon ? Tu as fais ta B.A de la journée ? Rassures-toi, tu n’en auras plus à faire avec moi..." lui dit-elle sèchement, avec un regard courroucé et glacial.

Elle avait les nerfs à vif, elle était hors d’elle, mais se contenait pour ne pas hurler et rameuter tout le monde vers le lac. Elle se tourna violemment, et s’éloigna, laissant derrière elle ses chaussures, qui reposaient sur l’herbe humide. Sa main était brûlante, à cause de la gifle qu’elle avait administrée au Serdaigle sans nul doute. Il le méritait amplement pour ce qu’il lui avait fait. Elle aurait été encore plus sournoise si elle l’avait voulut. Elle aurait pu le pousser dans le lac pour son bain de minuit avec son si beau costume. Elle alla se réfugier vers un arbre plus loin. Elle disparut du champ de vision du jeune homme. Judicaelle s’adossa au tronc de l’arbre, les mains dans le dos. Cette fois-ci, des larmes perlèrent sur ses joues. Elle n’avait pas pu les contenir davantage, maintenant elle pleurait, elle pleurait parce qu’elle était déçue par le comportement d’Aether, déçue d’avoir vu, qu’accorder sa confiance était un échec, déçue de s’être faite bernée par les paroles du Serdaigle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque les mots sont plus blessants que les gestes [Aether]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mots sont le miroir de l'âme. (Paradoxe)
» Règlement du Forum ?
» Les mots sont comme des pierres dans mon cœur.
» Les mots sont plus dur que des coups d'épées- Journal de rp d'oliver-
» Après tout la voix ce perd mais les mots sont vivants. - Marlene & Abraxas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LeviCorpus l'aprés épilogue :: Administration :: V1 :: Rp-
Sauter vers: